Les camps soviétiques en France – Les « Russes » livrés à Staline …

Les camps soviétiques en France - Les "Russes" livrés à Staline ...

Les camps soviétiques en France – Les « Russes » livrés à Staline …

Parution du livre le 1er février 1997 – En 1944, le reflux des troupes allemandes laissa dans la France libérée 120 000 hommes, femmes et enfants qui avaient été raflés dans les villages occupés d’Ukraine ou de Biélorussie, et à peu près autant de prisonniers russes en tenue vert-de-gris.

Contrairement à une idée fausse, fruit d’une habile propagande, aucun de ces derniers n’avait servi l’armée du général Vlassov aux côtés de la Wehrmacht. Qu’ils fussent Casaques, Galiciens, Ukrainiens, Géorgiens, Arméniens ou Russes, tous avaient été enrôlés de force par les troupes hitlériennes. Parmi les soldats se trouvait un certain nombre de criminels de guerre, mais la majeure partie d’entre eux se mit au service des maquis et des forces de la Résistance française dès que l’occasion se présenta.

Pourtant, l’administration française, obéissant à la raison d’État, refusa le droit d’asile à tous sans distinction. Pire : rassemblés sur le territoire français dans soixante-dix camps, livrés à des officiers soviétiques, ils furent expédiés vers l’Union Soviétique où Staline, en dépit de ses promesses, les déporta en Sibérie. Ancien maquisard en Franche-Comté, correspondant de guerre de la Première Armée et auteur de nombreuses publications historiques, Georges Coudry retrace cet épisode méconnu de la libération.

Documents inédits à l’appui, il rétablit la vérité concernant la complicité entre les pouvoirs français et stalinien en échange de laquelle la France ne gagna même pas le droit de siéger avec les  » Grands  » à la table de Yalta.

Georges Coudry

Éditeur : Albin Michel (Editions)

 

 La légende: Baraques du camp de Beauregard (archives municipales de La Celle-Saint-Cloud) ©


La légende: Baraques du camp de Beauregard (archives municipales de La Celle-Saint-Cloud) ©

En 1944, la désorganisation de la France est totale. Le Gouvernement Provisoire de la République Française tente progressivement, au gré de la libération des territoires, de prendre le contrôle d’un pays dévasté et morcelé par la guerre. Alors que l’heure de la Libération sonne pour le peuple français, des « camps soviétiques » apparaissent cette année-là, dans différentes régions de France. Impulsés par les autorités soviétiques, qui vont s’appuyer notamment sur des réseaux issus de la Résistance, ces camps ont pour objectif de rassembler la population soviétique disséminée en France durant les années de guerre afin d’organiser leur rapatriement en URSS. Commence alors, sous l’œil bienveillant du gouvernement français, une recherche minutieuse pour retrouver ces ressortissants d’origine russe, mais aussi balte, ukrainienne, etc. Prisonniers de guerre, civils déportés et déplacés vers l’ouest, anciens prisonniers des Allemands passés à la Résistance en France, les trajectoires individuelles de ceux qui se retrouvent dans ces camps sont loin d’être homogènes… Le 29 juin 1945, soucieuse de voir rapatrier ses propres ressortissants dispersés en Union Soviétique, la France signe avec l’URSS, comme le Royaume-Uni et les États-Unis quelques mois plus tôt, un accord de rapatriement réciproque, qui officialise le mouvement engagé en accordant aux autorités soviétiques la liberté d’administrer elles-mêmes ces camps. Explicite sur le fait que tous les soviétiques sans exception sont concernés par ce rapatriement, le texte entérine de fait l’impossibilité, pour ceux qui le souhaitent, de s’établir en France.

C’est cette histoire de regroupement et de rapatriement, parfois forcé, que tente de raconter ce documentaire. Derrière les parcours individuels de ces « soviétiques », se joue la répartition des rôles entre Alliés victorieux, dans un contexte idéologique de début de Guerre Froide, l’URSS passant progressivement du statut d’ami à celui d’ennemi.

Au total, près de 120 000 personnes transiteront dans ces quelques 130 camps de regroupement. La plupart seront rapatriés.

Avec Hervé Dupuy, historien, spécialiste de la présence russe et soviétique en Limousin ; Catherine Gousseff, historienne, directrice de recherche au CNRS, directrice du Centre d’Étude des mondes Russe, Caucasien et Centre-Européen (CERCEC) ; Vsevolode Gousseff, descendant d’une famille russe émigrée en France dans les années 1920 ; Gisèle Kolesnik, veuve d’Ivan Kolesnik, ukrainien détenu au camp de Beauregard ; Irène Geers-Kolesnik, fille de Gisèle et Ivan Kolesnik ; Lucie Nowicki, russe raflée par les Allemands en 1940 ; Czeslawa Couffrant, fille de Lucie Nowicki

Et des extraits des mémoires d’Ivan Kolesnik

Lectures : Christophe Brault

Merci à Hervé Dupuy de nous avoir ouvert ses archives, ainsi qu’à la Ville de La Celle-Saint-Cloud (78).

 Référence bibliographique :

Les camps soviétiques en France, Les Russes livrés à Staline en 1945, Georges Coudry, Albin Michel, février 1997
Des soviétiques en Périgord en 1945: « le camp de Creysse » (jan-août 1945), un article d’Hervé Dupuy
Retours d’URSS, les prisonniers de guerre et les internés français dans les archives soviétiques 1945-1951, coordonné par Catherine Klein-Gousseff, 2001, CNRS Éditions

Les camps soviétique en France, les captifs de la libération

Un documentaire de Catherine de Coppet et Anne Fleury

Pour écouter l’émission, cliquez sur le lien suivant :

Les camps soviétiques en France

 


Vous aimerez aussi...