Affaire Troppmann

Portrait photographique de Troppmann par Jules Verrier, Collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus (ancienne collection Romi)

Portrait photographique de Troppmann par Jules Verrier, Collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus (ancienne collection Romi)

Jean-Baptiste Troppmann né à Brunstatt dans le Haut-Rhin en 1849, part à Paris fin 1868 pour installer des machines vendues par son père, inventeur dans le domaine de l’amélioration des matériels de filature, à un industriel. Il loge aux Quatre-Chemins à Pantin. Il part faire une autre installation à Roubaix en mai 1869 et y rencontre la famille Kinck. Jean Kinck, alsacien comme lui, mécanicien et père de six enfants, a monté son établissement à Pantin. Le 24 août 1869, Troppmann entraîne Kinck en Alsace, à Bollwiller, et l’assassine au cyanure dans les ruines de Herrenfluch. Troppmann comptait voler les 5500 francs que la victime est supposée porter sur elle. Il ne trouve que deux chèques et une pièce d’identité. Troppmann essaiera par la suite de toucher de l’argent en envoyant des lettres à Hortense Kinck,  la femme de Jean, soi-disant sous la dictée de ce dernier, blessé à la main. Tous ses plans échouent, et il assassine toute la famille Kinck : le fils aîné de 16 ans, Gustave, à coups de couteau le 15 septembre 1869 dans les champs des Quatre-Chemins à Pantin, et Hortense et les autres enfants quatre jours plus tard, qui seront déterrés par la police le 20 septembre 1869. Troppmann est arrêté au Havre alors qu’il cherche à embarquer pour l’Amérique. Incarcéré à la prison de Mazas, il change sans cesse de version : participation au meurtre, accusation de Gustave Kinck, aveux pour les huit meurtres, rétraction des aveux et enfin, déclaration de trois complices anonymes de Mulhouse. Il est condamné à mort le 30 décembre 1869. L’affaire Troppmann reste certainement l’affaire criminelle la plus médiatique du Second Empire, qui a contribué à l’essor commercial du Petit Journal1 en particulier, et à la « « spectacularisation » du produit journal »2 (à travers la chronique criminelle) en général. Anne Claude Ambroise Rendu compare les dispositifs narratifs de différents quotidiens parus entre le prononcé de la sentence et l’exécution de Jean-Baptiste Troppmann : « Comment, en d’autres termes, alimenter le feuilleton ? C’est alors que les quotidiens inventent, chacun à sa manière, des textes de substitution, afin de remplir ce temps vide, de maintenir l’attention en éveil tandis que rien n’arrive ».3.

Plusieurs belles pièces écrites et dessinées de la main de Jean-Baptiste Troppmann sont disponibles dans la bibliothèque de Criminocorpus et consultables ci-dessous :

Le « crime de Pantin » a également produit un grand nombre de complaintes criminelles. Certaines d’entre elles sont à découvrir sur la base de données Complaintes Criminelles en France (1870-1940). Le lien ci-dessous en permet la consultation (Autres complaintes liées à ce fait divers) :

Le Crime de Pantin, à-propos

  1. voir Michelle Perrot, « L’affaire Troppmann (1869) [Mme Kinck et ses cinq enfants assassinés à Pantin, Seine-Saint-Denis] », l’Histoire, 1981, n° 30, p. 28-37 []
  2. Pascal Durand, « La « culture médiatique » au XIXe siècle. Essai de définition-périodisation », in Quaderni, « Transport matériel et immatériel », n°39, 1999, p. 29-40. cité par Olivier Isaac in Olivier Isaac, « « Succès oblige ». Exaltation et instrumentalisation du populaire dans Le Petit Journal à l’occasion de l’affaire Troppmann (1869) », Hermès, La Revue, n° 42, mai-août 2005, p. 107-111 []
  3. Anne-Claude Ambroise-Rendu, « L’affaire Troppmann et la tentation de la fiction », Le Temps des médias, n°14, 2010, p. 47-61 []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search