Benjamin Appert : Bagnes, prisons et criminels [lithographies, manuscrits et plans]

La bibliothèque de Criminocorpus dispose de plusieurs documents annexes du célèbre ouvrage Bagnes, prisons et criminels (1836) du philanthrope français Benjamin Appert (1797-1873) :

Comparé au philanthrope britannique John Howard (1726-1790) pour ses actions et ses publications pour l’amélioration du sort des pauvres et des prisonniers en France et en Europe, Appert se trouve être « atypique dans ce mouvement philanthropique, car démuni de ressources personnelles et réduit trop souvent au rôle du courtisan, [il est] cependant mêlé à tous les combats importants de la philanthropie libérale de la première moitié du XIXe siècle, membre de la plupart de ses réseaux »1. Benjamin Appert a été notamment membre de la Société royale pour l’amélioration des prisons (1826) et membre fondateur de la Société phrénologique de Paris (1831). Il s’intéressa beaucoup  à la phrénologie et ses visites dans les bagnes et les prisons ont été immortalisées par Stendhal dans Le Rouge et le Noir2. Sa détention politique d’août à octobre 1822 – il est accusé d’avoir aidé à s’évader de Montaigu deux sergents conspirateurs de l’affaire Berton – en fait également l’un des jeunes héros du libéralisme. Pour mieux comprendre « combien la répression politique, à partir de 1822, contribua au développement des réseaux de solidarité dans l’opposition et à l’approfondissement de la réflexion et des projets de réforme des libéraux », nous renvoyons aux travaux de Jean-Claude Vimont3, cités par Jacques-Guy Petit4.

Voir aussi :

Jean Lucas-Dubreton, « La curieuse vie de Benjamin Appert l’ami des bagnards », Détective, tome 23, 4 avril 1929, p. 11.

Christian Carlier, « Naissance de la maison centrale », La maison centrale de Loos, exposition en ligne, Musée Criminocorpus.

  1. Jacques-Guy Petit, « Le philanthrope Benjamin Appert (1797-1873) et les réseaux libéraux » in Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 41, n°4, octobre-décembre 1994, p. 667-679. []
  2. Marc Renneville, Le langage des crânes. Histoire de la phrénologie, Paris, La Découverte, 2020, p. 111-119. []
  3. Voir la thèse de Jean-Claude Vimont, Enfermer les politiques. Aux origines des régimes de détention politique (1810-1848), Paris VII, 1991, p. 544-590. L’essentiel de ce travail est repris par Jean-Caude Vimont dans La prison politique en France, 1780-1980, Anthropos-Economica, 1992. []
  4. art. cit. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search