Benjamin Appert : Bagnes, prisons et criminels [lithographies, manuscrits et plans]

La bibliothèque de Criminocorpus dispose de plusieurs documents annexes du célèbre ouvrage Bagnes, prisons et criminels (1836) du philanthrope français Benjamin Appert (1797-1873) :

Comparé au philanthrope britannique John Howard (1726-1790) pour ses actions et ses publications pour l’amélioration du sort des pauvres et des prisonniers en France et en Europe, Appert se trouve être “atypique dans ce mouvement philanthropique, car démuni de ressources personnelles et réduit trop souvent au rôle du courtisan, [il est] cependant mêlé à tous les combats importants de la philanthropie libérale de la première moitié du XIXe siècle, membre de la plupart de ses réseaux”1. Benjamin Appert a été notamment membre de la Société royale pour l’amélioration des prisons (1826) et membre fondateur de la Société phrénologique de Paris (1831). Il s’intéressa beaucoup  à la phrénologie et ses visites dans les bagnes et les prisons ont été immortalisées par Stendhal dans Le Rouge et le Noir2. Sa détention politique d’août à octobre 1822 – il est accusé d’avoir aidé à s’évader de Montaigu deux sergents conspirateurs de l’affaire Berton – en fait également l’un des jeunes héros du libéralisme. Pour mieux comprendre “combien la répression politique, à partir de 1822, contribua au développement des réseaux de solidarité dans l’opposition et à l’approfondissement de la réflexion et des projets de réforme des libéraux”, nous renvoyons aux travaux de Jean-Claude Vimont3, cités par Jacques-Guy Petit4.

Voir aussi :

Jean Lucas-Dubreton, “La curieuse vie de Benjamin Appert l’ami des bagnards”, Détective, tome 23, 4 avril 1929, p. 11.

Christian Carlier, “Naissance de la maison centrale”, La maison centrale de Loos, exposition en ligne, Musée Criminocorpus.



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2021, 11 janvier). Benjamin Appert : Bagnes, prisons et criminels [lithographies, manuscrits et plans]. Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndor

  1. Jacques-Guy Petit, “Le philanthrope Benjamin Appert (1797-1873) et les réseaux libéraux” in Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 41, n°4, octobre-décembre 1994, p. 667-679. []
  2. Marc Renneville, Le langage des crânes. Histoire de la phrénologie, Paris, La Découverte, 2020, p. 111-119. []
  3. Voir la thèse de Jean-Claude Vimont, Enfermer les politiques. Aux origines des régimes de détention politique (1810-1848), Paris VII, 1991, p. 544-590. L’essentiel de ce travail est repris par Jean-Caude Vimont dans La prison politique en France, 1780-1980, Anthropos-Economica, 1992. []
  4. art. cit. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search