Affaire du « mort vivant d’Alger »

Louis Durand, le "mort vivant" et sa maîtresse Jeanne Pialat, épouse Gauthier, Fonds Petit Parisien/ENAP-CRHCP/Criminocorpus

Louis Durand, le « mort vivant » et sa maîtresse Jeanne Pialat, épouse Gauthier, Fonds Petit Parisien/ENAP-CRHCP/Criminocorpus

Louis Durand, installé à Alger avec son amie Jeanne Pialat depuis octobre 1930, avale plusieurs sachets de quinine le 27 juin 1931. Il fait déclarer son décès afin que son amie puisse toucher une prime d’assurance. Il assiste à l’arrivée de son propre convoi funèbre au cimetière Saint-Eugène dans la banlieue nord d’Alger, et va même déposer des fleurs sur sa tombe, accompagné de sa complice. Cette audacieuse affaire d’escroquerie, l’affaire du « mort-vivant d’Alger », est consultable dans la collection du Petit Parisien (fonds photographique de l’ENAP/CRHCP) de la bibliothèque de Criminocorpus.

Voir aussi Sur Criminocorpus :

L’article de Détective du 23 juin 1932

 


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search