Quand « Julot la Révolte » … écrivait « l’Enfer des Gosses »

Quand "Julot la Révolte" ... écrivait "l'Enfer des Gosses"

Quand « Julot la Révolte » … écrivait « l’Enfer des Gosses »

Parution du livre le 1er janvier 1988 – Il vivait dans une chambre meublée, boulevard Dolez, à Mons. Jules Brunin, que le journaliste Jacques Bourlez appelait « Julot la Révolte » ou « Julot la Tendresse », était revenu près de ses racines. Il était né à Bruxelles, le 1er mai 1934 mais ses parents venaient des corons d’Hensies-Pommeroeul et de Vieux-Condé.

Jules Brunin dit « Julot la Révolte » ou « Julot la Tendresse »

Jules Brunin dit « Julot la Révolte » ou « Julot la Tendresse »

En ville, tout le monde le connaissait : casquette, barbe grise, cheveux ébouriffés, lunettes rondes en acier, regard qui vous fouillait, accent picard. Vieillir était un enfer pour ce bourlingueur. Il vendait « Les Songes de Diogil », des recueils de poèmes et d’histoires courtes, dans les bistrots où il aimait boire un coup de rouge en refaisant le monde.

La sienne ne fut pas facile mais elle eut ses sommets. Son livre publié en 1975, « L’Enfer des Gosses », dénonçant les conditions de vie des gosses des homes, fut vendu à 150.000 exemplaires. Puis Joao Correa en tira un film, « Les Enfants de l’Oubli ». Jules avait été placé en institution à l’âge de 8 ans.

Plus tard, il eut deux voiliers et voyagea en Amérique du Sud. Puis des maisons où il accueillit des paumés. Il tapait souvent sur sa machine à écrire. Son dernier manuscrit, qu’il rêvait de publier, « Tiette de Polak » raconte l’histoire de M’man Lida, sa grand-mère paternelle. Elle lui donna de l’amour, il recherchait sa tombe, mais ne la trouva jamais. Et il est mort mercredi à l’hôpital Saint-Georges, avec ses poumons usés jusqu’à la trame et ses rêves fous. Salut, Jules. (Décès – « Julot la Révolte », Jules Brunin a tiré sa révérence : Marcel Leroy, jeudi 3 juillet 2003).

 


Vous aimerez aussi...