Dernières mises en ligne dans le musée Criminocorpus

La bibliothèque du musée s’est enrichie de nouveaux documents à découvrir :

Giuseppe Fieschi : trois lettres autographes (1831), l’une à Nina Lassave et deux autres destinées au président de la Chambre des pairs de Paris, l’une raturée sans indication de date, l’autre écrite depuis la Conciergerie en 1831.
Permalien : https://criminocorpus.org/fr/ref/113/4956/

Giuseppe Fieschi (Murato 1790-1836) est un conspirateur corse. Il fut l’un des instigateurs de l’attentat « à la machine infernale » perpétré le 28 juillet 1835 à Paris contre le roi Louis-Philippe qui passait en revue la Garde nationale sur les Grands Boulevards. Le roi échappa à l’attentat qui fit cependant 18 morts (dont le général d’Empire Mortier) et de nombreux blessés. Fieschi fut condamné à la peine de mort et guillotiné le 19 février 1836.

Henriette Caillaux : Lettre autographe (1914), accompagnée d’une lettre de Gaston Calmette, et d’une coupure de presse sur l’affaire Caillaux.
Permalien : https://criminocorpus.org/fr/ref/113/4955/

Henriette Caillaux est la femme de Joseph Caillaux, homme politique de la IIIe république. Député de la Sarthe, il obtient différents portefeuilles ministériels notamment au ministère des Finances. En 1914, lasse d’une longue campagne de dénigrement menée contre son époux, relayée par le journal Le Figaro, et décidée à défendre leur réputation, Henriette Caillaux pénètre dans les locaux du journal et abat à l’arme à feu le directeur du journal Gaston Calmette.

A découvrir aussi dans le musée L’affaire Caillaux [Comœdia illustré] (1914) — Page 11 et suivantes.
Permalien : https://criminocorpus.org/fr/ref/114/116668/

Roger Ginsburger (dit Pierre Villon) : Dessin de la prison de la Santé (1941),
Homme politique et résistant
Permalien : https://criminocorpus.org/fr/ref/113/4957/

Roger Salomon Ginsburger (1901-1981) est un architecte, résistant et homme politique français. Il adhère au Parti communiste en octobre 1932, et y prend rapidement des responsabilités. A partir de 1938, il coordonne les maisons d’édition et de diffusion du PC. Il assure la rédaction et la publication du journal l’Humanité passé à la clandestinité après l’interdiction du parti et de la presse communiste en 1939. Le 8 octobre 1940, il est arrêté et est condamné à huit mois de prison. De la Santé, il fut transféré à Fresnes, puis à Aincourt (Seine-et-Oise) (Source Maitron).


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search