S’évader. Une autre histoire de la justice de 1791 à nos jours (Franck Sénateur)

« Franck Sénateur poursuit avec ce nouvel ouvrage la longue et riche investigation qu’il mène sur l’histoire des évasions et livre un ensemble de courts récits à la lecture très stimulante1. À travers près de 21 cas d’évasion qui constituent autant de chapitres de cet ouvrage, le questionnement initial de l’auteur ne se limite pas à se demander comment on s’évade, ni même pourquoi on s’évade, mais bien plutôt de quoi on s’évade ? Outre les murs des prisons, des bagnes portuaires ou coloniaux, des hôpitaux psychiatriques ou des maisons de correction et leur discipline, qu’est-ce que cherchent précisément à fuir (ou à retrouver) ces différents protagonistes dans leur course éperdue (et bien souvent vaine) ? La volonté d’échapper à l’enfermement est effectivement loin d’être le seul moteur d’une évasion. Et il existe bien d’autres facteurs qui entrent en jeu comme l’auteur s’emploie à le démontrer au cours des différents cas qu’il analyse. Il s’agit pour la plupart de motivations qui relèvent de l’intime et que Franck Sénateur prend le soin d’exhumer sous l’épaisse gangue médiatique dans laquelle sont souvent enserrées ces légendes de l’évasion. Car sous des titres que l’on dirait tout droit empruntés à Frédéric Dard ou Albert Simonin (« Hélico presto », « Au son des guitares… », « Dom Tom story… », etc.), l’auteur s’attache à décrire au plus près les drames personnels qui ont précipité la plupart de ces protagonistes dans ces situations extrêmes et inextricables. Franck Sénateur souligne leur volonté – face à des destins marqués pour beaucoup du sceau de l’injustice sociale et de la violence – de recommencer coûte-que-coûte leur existence plutôt que de subir celle qui leur est imposée par la justice, de prendre un nouveau départ face à ce qu’ils considèrent comme un accident de parcours. L’auteur montre que l’enfermement ne constitue en quelque sorte que la traduction de l’impasse dans laquelle les condamnés ont été précipités par des circonstances très diverses. Citons pêle-mêle la guerre pour Jacques Mesrine ou Albert Spaggiari, les drames familiaux pour Albertine Sarrazin, René Girier ou la plupart des petits évadés de la maison de correction de Belle-Île-en-Mer, la colonisation pour les évadés indochinois du bagne de Poulo Condore, la pauvreté pour Raymond Vaudé, la fidélité aux convictions pour Geoffroy Saint-Hilaire, Henri Rochefort ou Claude Tenne ou le désir de retrouver l’être aimé pour Michel Vaujour… » (…)

Lire la suite du compte rendu de l’ouvrage de Franck Sénateur proposé par Jean-Lucien Sanchez dans la revue Criminocorpus.

Référence de l’ouvrage : Franck Sénateur, S’évader. Une autre histoire de la justice de 1791 à nos jours, Paris, Nouveau Monde éditions, 2020, 320 p


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search