Île-prison : un nouveau parcours en Une du musée

© Carnet de dessins de Francis Lagrange (1939)
Criminocorpus/Collection Raymond Méjat/Pierre-André Martineau

Loin de l’image d’Epinal d’une terre d’évasion où l’on viendrait se ressourcer, l’île n’a pas toujours été perçue comme la destination d’un dépaysement salutaire. L’insularité et les terres éloignées de la métropole ont longtemps été des lieux de punition. L’Île du Diable au large de la Guyane, la Nouvelle-Calédonie ou bien encore l’Australie constituent autant d’entités qui ont profondément marqué les imaginaires sociaux et suscité la crainte du bagne pour des générations d’enfants…

Ils étaient coupables de meurtre, de vol avec violence ou d’affaires de mœurs. Ils étaient criminels, escrocs, hommes d’affaires sulfureux, voleurs de poule, récidivistes, insurgés, militaires indisciplinés, sujets coloniaux… Ils furent frappés des peines de déportation, de transportation et de relégation et tous connurent pour leurs méfaits ou leurs opinons les affres du bagne et une incarcération dans des territoires ultramarins.

Première étape d’un long voyage souvent sans retour, l’ile de Ré et sa citadelle accueillaient les condamnés en partance pour le bagne. En effet, si la fortification fut construite au XVIIe siècle d’après les plans de Vauban afin de prévenir toute invasion, sa citadelle devint au fil de son histoire un lieu d’enfermement rendant impossible toute évasion. De Saint-Martin-de-Ré, les bagnards embarquaient à bord de cargos-bagne, parmi lesquels La Martinière, avant d’atteindre, après plusieurs semaines en mer et un voyage particulièrement difficile, d’autres terres lointaines ou des iles inconnues qui n’avaient rien d’édénique. Difficile de survivre en effet dans ces bagnes où règnent des conditions de vie extrêmes imposées par des lieux inhospitaliers à la discipline implacable. Où chaque jour lutter contre la faim, l’épuisement d’un travail harassant, la maladie et un climat délétère constitue un impératif absolu. L’évasion, bien que souvent tentée, est rarement couronnée de succès et se solde le plus souvent par la mort où un retour au pénitencier.

Criminocorpus met à disposition de très nombreuses ressources documentant l’histoire des bagnes, notamment les bagnes de Guyane, de Nouvelle Calédonie et d’Australie à travers ses différentes collections : celles de Philippe Zoummeroff, Franck Sénateur, Léon Collin, Louis Roure, Michel Roger, Raymond Méjat/Pierre-André Martineau et celle du musée Ernest Cognacq de Saint-Martin-de-Ré.

L’île-prison est un nouveau parcours que nous vous proposons d’emprunter à travers les collections du musée. Vous y trouverez les regards et les témoignages d’anciens bagnards et de surveillants pénitentiaires, des dessins de prisonniers et des photos d’archives. Des expositions enfin permettent de pénétrer dans ces lieux éloignés et en partie disparus.

 

Découvrir le parcours en Une du musée.

 

 —————————————————–

 

Pour compléter et aller plus loin sur Criminocorpus :

Le musée et la revue Criminocorpus proposent une documentation foisonnante sur le bagne. On pourra consulter, outre les diverses collections déjà citées, cette sélection complémentaire :

Du côté de la revue Criminocorpus, on pourra s’intéresser aux articles suivants :

  • Christophe Lastécouères, « L’« Île-prison » : insularité, enfermement et pouvoir dans Le Comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas (1844) », Justice et détention politique, Le régime spécifique de la détention politique
    Permalien : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2866
  • Jean-Yves Mollier, « Belle-Ile-en-Mer : prison politique (1848-1858) », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Bagnes, prisons et quartiers politiques
    Permalien : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2660

et le dossier consacré aux Bagnes coloniaux, notamment les articles suivants :

 

Image en Une : Souvenir des îles du Salut. ©Criminocorpus/Collection Franck Sénateur


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search