L’affaire du gendarme Jambert

Ajoutée le 10 juil. 2015 – Non élucidé – L’affaire du gendarme Jambert

Le 4 août 1997, le corps de Christian Jambert, gendarme retraité, est découvert dans son pavillon d’Auxerre. Une carabine .22 Long Rifle est posée sur ses jambes. Le médecin appelé pour constater le décès conclut immédiatement au suicide. Aucune autopsie n’est demandée par le procureur. La victime est donc inhumée.

Mais au fil des années, les enfants du gendarme Jambert commencent à douter. Réfutant la thèse du suicide, ils demandent l’ouverture d’une enquête pour recherche des causes de la mort. Le corps est alors exhumé pour être autopsié à l’institut médico-légal de Paris. Le médecin légiste conclut alors que Christian Jambert a été tué. Comment expliquer le meurtre de ce gendarme retraité ?

Pour visionner l’intégralité de la vidéo You Tube , cliquez sur le lien ci-dessous :

L’affaire du gendarme Lambert

L'affaire du gendarme Jambert

L’affaire du gendarme Jambert

Adjudant-chef de la brigade de recherches d’Auxerre en France. Convaincu qu’il existe un lien entre la disparition, entre 1975 et 1979, de sept jeunes handicapées protégées par la Direction départementale de l’action sanitaire et sociale à Yonne et le présumé assassin Émile Louis, le gendarme dépose un rapport accablant en 1984. Le parquet classe le dossier sans donner suite, faute de preuves. En 1995, atteint de dépression*, Christian Jambert tente de se suicider en avalant des médicaments. Il survit et est mis à la retraite. Contacté par l’Association de défense des handicapés de l’Yonne, il se dit prêt à témoigner contre Émile Louis. Le 4 août 1997, alors que le dossier des «disparues» vient d’être officiellement rouvert et qu’il doit être entendu comme témoin par le juge Benoît Lewandoski, Christian Jambert est retrouvé mort dans son pavillon d’Auxerre. Il est décrit comme un homme psychologiquement démoli devant le mur d’indifférence concertée. En avril 2004, suite aux résultats d’une nouvelle autopsie qui sont peu compatibles avec la thèse retenue du suicide du fait de deux impacts de balle dans sa tête, le garde des Sceaux lance une enquête administrative pour «examiner les conditions dans lesquelles a été traité le dossier Jambert». Cette autopsie est à son tour remise en cause. En novembre 2005, la cour d’appel d’Aix-en-Provence condamne Émile Louis, délinquant sexuel, pour avoir torturé et violé sa deuxième femme Chantal et sa belle-fille Karine, mineure au moment des faits qui ont eu lieu entre 1992 et 1995. Le cas Jambert met en lumière la multiplicité de la fonction sociale de la mort volontaire. Il n’est pas rare dans les annales judiciaires que des meurtres soient convertis en suicides ou que des suicides passent pour des meurtres ou pour des accidents. Tantôt le suicide est jugé tabou, on le dissimule pour échapper à la honte*, tantôt on le postule afin de camoufler des actes criminels et d’innocenter des coupables. On taxe de maladie mentale* une personne qui cherche la vérité et qui a le courage de la dire, alors que des forces obscures s’évertuent à ternir son image afin de protéger des coupables et de désinformer l’opinion publique. La collectivité choisit Jambert comme bouc émissaire afin de venger le sang versé par sept de ses jeunes filles handicapées. Qu’il porte la main sur lui ou qu’il tombe sous la main de l’autre, il est la victime sacrificielle de la conspiration du silence. Isabelle, fille de Christian Jambert, s’est donné pour tâche de réhabiliter la vérité et de rétablir la réputation de son père.

Une partie du crâne du gendarme Jambert a disparu, a -t-on appris le 22 octobre 2008, ce qui rend le suicide  peu probable. (Source : Encyclopédie sur la mort, 13 avril 2012).

Hubert Besson, journaliste à l’Yonne Républicaine a  publié un ouvrage en 2003 aux éditions Archipel : "Disparues De L'yonne : La Contre-Enquête"

Hubert Besson, journaliste à l’Yonne Républicaine a publié un ouvrage en 2003 aux éditions Archipel : “Disparues De L’yonne : La Contre-Enquête”

Elles s’appelaient Christine, Jacqueline, Chantal, Madeleine, Françoise, Bernadette et Martine. D’elles, il ne reste que quelques photos d’identité jaunies par le temps, les visages sont flous, les sourires cachés. Entre 1975 et 1979, ces sept jeunes femmes, âgées de 15 à 26 ans, ont disparu, dans le département de l’Yonne, sans laisser de traces. Elles étaient toutes des enfants de la DDASS, la Direction Départementales des Affaires Sociales et Sanitaires.

Pendant des années, personne ne s’en est inquiété de ces disparitions successives. Il faudra l’abnégation d’un gendarme et d’une association pour que l’affaire soit enfin prise en charge par la justice. Ce n’est que trente ans après les faits que l’enquête aboutit. Et l’on découvre que derrière ces mystérieuses disparitions se cache un homme, l’un des plus grands tueurs en série de l’histoire judiciaire française. Un individu, qui, pendant toutes ces années, est passé à travers les mailles du filet. Cet homme, c’est Emile Louis, reconnu coupable du meurtre des sept femmes en 2004.

Comment expliquer cette inertie ? Pourquoi ces disparitions n’ont-elles intéressé personne pendant si longtemps ? Certains ont parlé de complot, de réseau, de protection… En réalité, derrière ce fait divers, se dévoile une réalité encore plus sombre, celle d’une justice à deux vitesses.

Cette histoire nous plonge également au cœur de l’appareil social français : de la considération des handicapés mentaux à leur prise en charge, donc de la place qu’ils occupent dans la société et surtout comment la société s’en occupe… ou pas.

Invité :

Ces questions, nous y répondrons en seconde partie d’émission avec Hubert Besson, journaliste à L’Yonne Républicaine pendant l’affaire. Il a suivi de près l’enquête et en a tiré un livre : Émile Louis et l’affaire des disparues de l’Yonne, publié en en 2004 aux Éditions de l’Archipel.

Pour écouter l’intégralité de cette émission, cliquez sur le lien suivant :

Émile Louis : les disparues de l’Yonne