Affaire Desrues (1776)

"Antoine François Desrues après avoir fait amende honorable est conduit à la Greve où il va être rompu vif et jetté au feu le 6 mai 1777 pour avoir empoisonné plusieurs personnes", Desrues : récit des crimes perpétrés par Desrues et de son exécution, planche 8, chez Esnauts et Rapilly, collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

« Antoine François Desrues après avoir fait amende honorable est conduit à la Greve où il va être rompu vif et jetté au feu le 6 mai 1777 pour avoir empoisonné plusieurs personnes », Desrues : récit des crimes perpétrés par Desrues et de son exécution, planche 8, chez Esnauts et Rapilly, collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

L’affaire Desrues n’est pas simple à résumer. Ce billet propose néanmoins un exposé de cette histoire criminelle de la fin du XVIIIe siècle « telle qu’elle est rapportée par les écrits du temps, bien qu’elle soit très embrouillée et recèle encore de nombreuses zones d’ombre »1. Né en Beauce en 1744, orphelin à l’âge de trois ans, Antoine-François Desrues est d’abord confié à un oncle, puis à des cousines ; il est finalement placé sous la tutelle des frères des Écoles Chrétiennes à cause de son comportement. Il démarre un apprentissage chez un ferblantier, puis chez un épicier, part ensuite à Paris chez un épicier-droguiste et devient marchand-épicier droguiste en février 1770 (sa maîtresse lui cède le bail de la boutique). Il épouse Marie-Louise Nicolais, dont le nom est transformé en « Marie-Louise de Nicolaï » sur l’acte de mariage. Cette dernière doit hériter de son beau-père Jean Despeignes-Duplessis, mais la liquidation de l’héritage tarde à se faire. Le lignage aristocratique inventé de Marie-Louise servira de caution à un Desrues endetté pendant de nombreuses années. En 1775, le couple Desrues rencontre monsieur de Saint-Faust de Lamotte, propriétaire à Villeneuve-le-Roi dans l’Yonne, qui souhaite vendre son domaine. Desrues prétend trouver la trace d’un des ancêtres de son épouse dans les terriers de la propriété et propose 130000 livres pour l’achat du domaine. L’acte est passé sous seing privé le 22 décembre 1775, en échange d’un billet de 1200 livres. Madame de Lamotte monte à Paris prendre des conseils. Elle est hébergée avec son fils rue Mauconseil chez Desrues, qui l’empoisonne lentement. Le 30 janvier 1776, Desrues montre au jeune de Lamotte le cadavre de sa mère qui semble dormir. Il enterre le cadavre le 1er février 1776 dans une cave qu’il vient de louer sous le nom de Ducoudrai rue de la Mortellerie et fait croire au fils de la victime que sa mère est partie à Versailles où il le conduit. Ils descendent dans une auberge, où Desrues commence à administrer du poison au jeune homme quotidiennement. Desrues déclare la mort du jeune homme qu’il fait passer pour son neveu, le fait enterrer, paie ses obsèques, puis part à Lyon pour consulter l’un des notaires de sa victime. De façon concomitante, la propriétaire de la cave de la rue de la Mortellerie s’interroge sur l’usage qui est fait de sa cave dont le loyer n’a pas été réglé, et Étienne de Saint-Faust de Lamotte dépose une plainte pour retrouver sa femme et son fils. Le commissaire de police au Châtelet Hubert Mutel ordonne une perquisition de la boutique de Desrues et une fouille de la cave de la rue de la Mortellerie. Le cadavre de Madame de Lamotte est retrouvé le 18 avril 1777, et identifié par Marie-Louise Nicolais. L’enquête conduit à la découverte du corps du fils de Lamotte à Versailles. Les deux cadavres sont autopsiés, et dans le même temps, le notaire lyonnais de Madame de Lamotte à Lyon est convoqué à Paris. Comme il ne reconnaît pas sa cliente dans le cadavre, les enquêteurs en déduisent que Desrues est allé à Lyon déguisé en femme pour signer des papiers – les écrits contemporains précisent qu’il était né hermaphrodite. Le procès est instruit par le Châtelet et s’ouvre le 30 avril 17772. Desrues est condamné à l’amende honorable, puis à être roué et brûlé vif. La sentence est confirmée le 5 mai par le Parlement, et exécutée le 6 mai.

La bibliothèque de Criminocorpus dispose de 9 planches gravées intitulées Desrues : récit des crimes perpétrés par Desrues et de son exécution et consultable dans la collection Philippe Zoummeroff. Cette suite de planches complétait un exemplaire des Détails historiques et véritables des manœuvres abominables & des crimes atroces, commis de dessein prémédité, par Antoine-François Desrues (…) envers la dame Marie-Françoise Perrier, épouse du sieur Pierre-Étienne de Saint-Faust de Lamotte (…) ; & envers le sieur de Lamotte son fils imprimé par le libraire André-Charles Cailleau à qui le lieutenant de police Lenoir délivrait les permis d’imprimer afin de diffuser des « estampes chargées de montrer la noirceur du caractère de Desrues »3.

  1. Annie Duprat, « L’affaire Desrues ou le premier tombeau de l’Ancien Régime », Sociétés & Représentations,  n° 18, 2004/2, p. 123-134 []
  2. Art. cit., p. 129. Annie Duprat cite la source de cette information : Vie privée et criminelle d’Antoine-François Desrues, contenant les particularités de sa jeunesse, de ses mauvaises inclinations, son insigne hypocrisie, et le détail des manœuvres abominables et des crimes atroces commis, de dessein prémédité, par ce scélérat envers la Dame de Lamotte et son fils, écrit anonyme. []
  3. Art. cit., p. 126. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search