Les Blousons noirs, amateurs de rock’n’roll et de violence (Sophie Victorien)

 

Présence du cinéma, n° 4/5, avril 1960. Collection personnelle.

Résumé de l’article :

«  Avec le phénomène des « Blousons noirs » des années 1950 et du début des années 1960, les médias semblent découvrir un phénomène de violence extrême chez les jeunes dont les frasques font régulièrement « la une » des journaux ou l’objet de reportages. De fait, dans leur recherche d’identité, certains tentent de ressembler à quelques figures viriles véhiculées par le cinéma (Marlon Brando, James Dean) ou le rock’n’roll de Johnny Hallyday à Elvis Presley, en adoptant leur apparence vestimentaire, leur coiffure, un langage et une attitude faisant écho à leur révolte à l’égard de la société. Ils sortent tard le soir et dorment dans les caves et sont parfois familiers de la prison. Ils aiment en effet jouer du couteau et les « virées » entre copains où l’alcool et les bagarres sont à l’honneur au cours des concerts, des bals et dans les dancings surtout quand deux bandes, chacune très attachée à défendre son territoire et son honneur, s’affrontent à coups de chaînes à vélo, de couteau et de coups de têtes. Notre article s’attache ainsi à décrypter les liens entre le phénomène des « Blousons noirs » et la musique rock, les manifestations de la violence de ces bandes de jeunes au cours de leurs sorties et l’écho de ce phénomène au sein de la société et des médias.»

Lire l’article de Sophie Victorien dans les actes du colloque Rock et violences en Europe, publiés dans la revue Criminocorpus.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2021, 21 mai). Les Blousons noirs, amateurs de rock’n’roll et de violence (Sophie Victorien). Criminocorpus. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndpk

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search