« Usages et usagers du numérique pour le patrimoine culturel : dessiner les limites ? » (journées d’études- Projet ReSEED) – 15 et 16 juin 2021

Dans la suite des précédentes journées d’étude du projet ANR ReSeed (REtro-conception SémantiquE d’objEts patrimoniaux Digitaux) tenues à la Médiathèque du patrimoine à Charenton (2018) et à l’Observatoire de Paris (2019), la troisième édition de ces journées d’études accordera une place prioritaire aux présentations de projets et de réalisations numériques au profit du patrimoine culturel. L’expérience acquise montre la richesse et l’importance de ces travaux tant pour la mise en évidence des problématiques techniques, que pour les questions patrimoniales à traiter et les stratégies de communication des acteurs.

L’objectif initial de ces journées, comme des précédentes, est de percevoir les dynamiques en cours dans ces différentes communautés et de faire le point sur les initiatives technologiques actuelles et sur les thématiques patrimoniales concernées. Il s’agit par exemple des applications tournées vers les publics par le biais de la valorisation des sites ou des objets, de leur interprétation historique et patrimoniale ou encore des objets numériques, images et bases de données, mis en ligne et diffusés sur internet et les réseaux sociaux. Ce sont également, en amont de la chaîne patrimoniale les développements d’actions professionnelles à destination de la documentation, de la conservation, de l’aide à la recherche historique liée au patrimoine. Ce seront encore les interactions potentielles avec d’autres champs spécialisés, muséographie et scénographie, architecture, aménagement au sens large…

De plus, ces troisièmes journées d’études à propos de l’usage des techniques numériques pour le patrimoine souhaitent aborder la question fondamentale des limites de ces usages. Celles-ci peuvent être tout d’abord les limites techniques et les perspectives de leur dépassement telles que perçues par les acteurs, mais aussi les limites inhérentes à l’organisation actuelle de l’usage du numérique par ses différentes communautés et à ses tendances de développement. Il pourra également s’agir des limites produites par les cadres juridiques et les enjeux éthiques et déontologiques des différentes communautés du patrimoine.

Une réflexion est nécessaire, aujourd’hui encore plus qu’hier, sur la place de ces techniques au sein des dynamiques actuelles du patrimoine, sur ce qu’elles permettent de faire et ce qu’elles ne permettent pas.

Animer un débat et dresser un panorama de la situation du numérique au sein de la conservation et de la valorisation du patrimoine culturel de ce point de vue ; appréhender les limites à notre action par une réflexion conjointe entre les différentes communautés impliquées, constitue l’un des horizons de ces journées.

Dans le cadre de ces journées, Emmanuelle Papinot et Marc Renneville (CLAMOR), proposerons une intervention sur « Et si les limites venaient de la méconnaissance des publics ?  » dans la session Usagers du patrimoine numérique : entre experts et grand public.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search