Les crimes passionnels n’existent pas (Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Arianna Sanesi). Compte rendu

« « Chahinez on ne t’oublie pas ». Voici les mots que nous pouvons lire sur un trottoir de Mérignac le 5 mai dernier, au lendemain du meurtre de Chahinez Daoud, brulée vive après avoir reçu une balle dans les jambes par son ex-compagnon. L’assassinat de cette mère de trois enfants est le 39e féminicide de l’année 2021. Ce fait divers récent fait écho au présent ouvrage qui rappelle que le crime passionnel n’existe pas car le meurtre des femmes parce que femmes n’est jamais l’effet de la passion.

Ce livre est le fruit d’une rencontre entre une photographe italienne de talent et deux historiens français de renom. À l’origine de cette publication, nous retrouvons les travaux d’Arianna Sanesi qui, en 2015, publie I would like you to see me, un travail photographique sur le féminicide en Italie et dont certains clichés sont au cœur de l’ouvrage. À côté de cette narration imagée, l’historienne helléniste Lydie Bodiou et le contemporanéiste Frédéric Chauvaud viennent apporter un éclairage primordial sur la représentation du féminicide, à la fois désastre du temps passé et fléau du temps présent. La collaboration de ces deux historiens n’est pas nouvelle : ils ont déjà co-dirigé en 2019 l’ouvrage collectif intitulé On tue une femme. Le féminicide. Histoire et actualités (…)»

Lire la suite du compte rendu, proposé par Matthieu Prati,  sur Criminocorpus.

Référence de l’ouvrage : Lydie Bodiou, Frédéric Chauvaud et Arianna Sanesi, Les crimes passionnels n’existent pas, Paris, D’une rive à l’autre, 2021, 84 p.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search