Les convulsionnaires de Saint-Médard (1737)

Marie Carteri. Réduite à une insomnie continuelle, une maigreur hideuse, et une faiblesse extrême par deux fistules lacrimales, qui depuis 7 à 8 mois lui avaient carié les os, et dont tout le côté gauche du visage était prodigieusement enflé, va à St Médard le 4 septembre 1731 soutenue par sa mère, gravure tirée de Louis-Basile Carré de Montgeron, La Vérité des miracles opérés à l'intercession de M. de Pâris et autres appellans, démontrée contre M. l'Archevêque de Sens

Marie Carteri. Réduite à une insomnie continuelle, une maigreur hideuse, et une faiblesse extrême par deux fistules lacrimales, qui depuis 7 à 8 mois lui avaient carié les os, et dont tout le côté gauche du visage était prodigieusement enflé, va à St Médard le 4 septembre 1731 soutenue par sa mère, gravure tirée de Louis-Basile Carré de Montgeron, La Vérité des miracles opérés à l’intercession de M. de Pâris et autres appellans, démontrée contre M. l’Archevêque de Sens

La bibliothèque de Criminocorpus dispose des 28 planches gravées sur cuivre illustrant La Vérité des miracles opérés à l’intercession de M. de Pâris et autres appellans, démontrée contre M. l’Archevêque de Sens de Louis-Basile Carré de Montgeron.  Pièce de la collection Philippe Zoummeroff, ce livre achevé en 1737 est l’ouvrage le plus important de cette époque sur les guérisons convulsives intervenues dans le cimetière de Saint-Médard sur le tombeau du diacre François de Pâris, mort en 1727. Converti lui-même subitement sur le tombeau de Pâris en septembre 1731, Carré de Montgeron en entreprend la rédaction clandestinement, y défendra la cause convulsionnaire en s’attaquant à Jean-Joseph Languet de Gergy, l’archevêque de Sens connu pour ses positions anti-jansénistes. Il en offrira le premier exemplaire au roi Louis XV et au duc d’Orléans, sera arrêté et incarcéré par lettre de cachet à la Bastille quelques heures après ce don, puis transféré jusqu’à la fin de ses jours à la forteresse de Valence.



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2021, 19 juillet). Les convulsionnaires de Saint-Médard (1737). Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndpz

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search