Les Anonymographes par Edmond Locard (1923)

Les Anonymographes d’Edmond Locard (1923), extrait de la Revue de Droit Pénal et de Criminologie et des Archives Internationales de Médecine légale, est consultable dans la bibliothèque de Criminocorpus. Locard y propose une symptomatologie des « anonymographes », « auteurs de lettres anonymes en série [qui]  sont des malades ou tout au moins des anormaux »1. Il y évoque  l’affaire Angèle Laval ou le procès des lettres anonymes de Tulle, « si scandaleux, [et qui] est l’origine de vingt autres semblables, dans tous les coins de la France, et en dehors même, car j’en ai suivi les reflets jusqu’en Piémont. » Edmond Locard avait été en effet convoqué par le juge pour comparer les écritures d’Angèle Laval, ancienne employée de la préfecture de Tulle soupçonnée, puis condamnée au procès de Tulle.2. La description de l’affaire des lettres anonymes de Tulle est disponible dans la collection Petit Parisien de Criminocorpus.

  1. Edmond Locard, Les Anonymographes, extrait de la Revue de Droit Pénal et de Criminologie et des Archives Internationales de Médecine légale, Bruxelles, Ve Ferdinand Larcier Éditeur, 1923, Musée Criminocorpus []
  2. L’expertise graphologique d’Edmond Locard est décrite par Philippe Artières dans Philippe Artières, « Ces lettres démunies de signatures. Représentations et pratiques sociales de l’écriture anonyme fin de siècle », Sociétés & Représentations, 2008/1 (n° 25), p. 157-170. DOI : 10.3917/sr.025.0157. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search