La nouvelle exposition virtuelle de criminocorpus : Une visite du camp de la relégation de Saint-Jean du Maroni

Visite du camp de la relégation

Une visite originale, exclusive et gratuite
L’Association Meki Wi Libi Na Wan a mis beaucoup d’enthousiasme à sa réalisation : venez nombreux !

L’histoire de la Guyane est pour une large part liée à l’histoire pénitentiaire. Ce département fut en effet une terre de colonisation pénale de la Révolution jusqu’à la seconde guerre mondiale. D’abord lieu de déportation politique, puis de transportation des condamnés aux travaux forcés à partir de 1854, la Guyane devint, à partir de 1886, territoire de résidence obligée pour les condamnés à la relégation.

Si l’île du Diable reste avec la détention de Dreyfus dans l’imaginaire collectif comme le lieu symbolique de la déportation politique et Saint-Laurent du Maroni, celui de la transportation, on se souvient moins aujourd’hui qu’à quelques kilomètres seulement en amont du Maroni fut aménagé une petite crique baptisée « Saint-Jean », pour accueillir les transportés libérés. Rapidement déserté pour insalubrité, le lieu fit l’objet de défrichage et d’importants aménagements pour devenir, de 1886 à 1946 la capitale du territoire de la relégation en Guyane, avec un camp central de plus de 1000 relégués et plusieurs camps agricoles et
forestiers en annexe.

Désaffecté en 1946, partiellement détruit puis tombé en désuétude, le camp de la relégation sort depuis peu de l’oubli, sous l’action de l’armée (GSMA et 9ème RIMA) qui occupe les lieux depuis 1962 et s’attache à conserver le patrimoine et depuis 2000, l’association Meki Wi Libi Na Wan (Vivons ensemble) qui restaure les vestiges de ce site exceptionnel et le fait visiter (avec le soutien de la Mairie de Saint-Laurent, du CNES et de la DRAC).

Dans l’attente de vous recevoir un jour peut-être à Saint-Jean du Maroni, Meki Wi Libi Na Wan vous invite, dans le cadre des Journées européennes du patrimoine 2007, à une visite virtuelle guidée exclusive.

Réalisé en collaboration avec Criminocorpus, ce parcours virtuel comprend de nombreuses photos des lieux ainsi que des documents issus du Service des Archives départementales de Guyane, des collections du Musée Balaguier de la Seyne-sur-Mer et de collections privées (Franck Sénateur – Association Fatalitas, Louis Roure).

Accès direct : http://criminocorpus.org/expositions/495/


Vous aimerez aussi...