Le Monde de Mathilde. Femme savante et criminelle (Myriam Tsikounas)

« De Mathilde Frigard, nous ne savons que très peu de choses. Paul Verlaine et François Coppée avaient écrit, sans la signer, une « facétie lugubre », une complainte intitulée « L’Affaire Frigard ». Des journalistes avaient prédit que le crime de Mathilde Frigard dont il n’existe aucune photo deviendrait une des « belles affaires » du siècle, et puis il n’en fut rien. Aussi le livre de « Myriam Tsikounas peut être lu comme une enquête visant à restituer une trajectoire personnelle dans son entrelacement avec une victime, un milieu, une époque. L’ouvrage peut aussi être lu comme la réponse à une hypothèse de recherche, à l’intersection de champs historique, médiatique et sociologique : comment se fabrique – ou ne se fabrique pas – une cause célèbre qui prend place dans la mémoire collective ? Des crimes épouvantables et des procès retentissants qui ont ému l’opinion publique, et qui ont mobilisé les chroniqueurs judiciaires ont le plus souvent été vite oubliés, puis enfouis dans un passé historique révolu. Soixante ans après, Pierre Bouchardon, magistrat célèbre de l’entre-deux-guerres, exhume l’affaire Frigard, lui consacre un ouvrage élaboré à partir du dossier d’instruction, de sa connaissance du système judiciaire, lui qui avait été président de cour d’assises, mais aussi de sa propre imagination et du goût supposé des lecteurs pour un certain sensationnalisme. Le livre cependant ne connut qu’un succès d’estime. Quarante ans plus tard, une émission de télévision, proposée sur la première chaîne de l’ORTF par Pierre Desgraupes, En votre âme et conscience, présente aux téléspectateurs une version ramassée du procès à partir du compte rendu des assises de la Seine-et-Marne. Plus récemment un article de Jacqueline Carroy et Nathalie Richard sur les femmes de sciences la font revivre en une dizaine de pages » (…)

Lire la suite du compte rendu de l’ouvrage de Myriam Tsikounas proposé par Frédéric Chauvaud, dans la revue Criminocorpus.

Référence de l’ouvrage : Myriam Tsikounas, Le Monde de Mathilde. Femme savante et criminelle, Chêne-Bourg, Georg Editeur, 2021, 287 p.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search