Le droit coutumier kabyle pendant la colonisation française (Amar LAIDANI)

« À l’instar d’Albert Camus, tout lecteur pourrait être tenté de considérer le droit coutumier kabyle comme l’expression « d’une farouche indépendance » ou en tant que « l’une des constitutions les plus démocratiques qui soit ». De ce postulat, les chercheurs, les érudits, mais également les héritiers du passé colonial sur les deux rivages méditerranéens pourront à loisir se saisir de l’approche à la fois minutieuse, lucide mais aussi empreinte de retenue, à travers laquelle Amar Laidani nous démontre quel fut le sort réservé à la coutume kabyle par le colonisateur français. Ainsi l’intérêt pour cette étude académique novatrice ne peut pas être que l’apanage de l’historien ou de l’historien du droit. Toujours est-il que ceux-ci liront à l’envi un ouvrage qui les invite à réévaluer la richesse du droit autochtone et l’office du magistrat de l’Outre-mer. L’Histoire du droit coutumier par le prisme de l’exemple de la Kabylie et du droit colonial, tel aurait pu être le titre de l’étude d’Amar Laidani dans la mesure où les problématiques soulevées s’inscrivent dans l’Histoire longue des codifications des droits coutumiers. En même temps ne nous y trompons pas, le rapport asymétrique du contexte colonial dénature fondamentalement l’entreprise qui ne peut donc pas être uniquement biaisée par le légicentrisme français. En effet, à la lecture de l’ouvrage tiré de la thèse défendue très récemment par Amar Laidani (2019), une impression apparaît, celle d’un « mâtinage » raté entre la coutume et l’ordre juridique colonial. Comme le souligne le professeur et directeur de thèse Eric de Mari, Amar Laidani se garde d’employer le mot de « saccage » pour qualifier l’entreprise de codification des coutumes kabyles. C’est pourtant bien ce sentiment qui se dégage de ce mélange, lorsque Amar Laidani nous propose de reconsidérer le « monstre sacré » du Hanoteau et Letourneux, autrement appelé La Kabylie et les coutumes kabyles. S’il n’est pas le premier à dénoncer la « perversité » de l’ouvrage dont la qualité freine l’évolution de la coutume comme de la connaissance de celle-ci, considérons néanmoins que Amar Laidani lui porte l’estocade. L’auteur nous démontre que les deux explorateurs, l’un militaire et l’autre magistrat, ont véritablement cristallisé un droit coutumier, initialement malléable par les Kabyles, pour en faire un savoir utile aux juges français mais en le dénaturant (…) ».

Lire la suite du compte rendu de l’ouvrage proposé par Paul-Emmanuel Babin dans la revue Criminocorpus.

Référence de l’ouvrage : Amar Laidani, Le droit coutumier kabyle pendant la colonisation française, Montpellier, Presses universitaires de Montpellier, Institut des usages, 2021.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search