Le 40e anniversaire de l’abolition de la peine de mort sur Criminocorpus

9 octobre 1981. La loi portée par Robert Badinter, garde des Sceaux abolissant la peine de mort en France est promulguée.
A l’occasion du 40e anniversaire de l’abolition de la peine de mort en France, Criminocorpus vous propose en une de son musée une sélection de différents documents, archives, textes législatifs, débats parlementaires (1791, 1908, 1981), expositions, vidéos, qui illustrent ce long cheminement vers l’abolition de la peine capitale. Pour compléter la proposition, une exposition consacrée au droit pénal au Japon précise également l’influence de la France dans la réforme de l’État et la rédaction du premier code pénal au Japon.

Accéder à la une du musée : https://criminocorpus.org/fr

Zoom sur l’exposition Histoire de la peine de mort en France (1789-1981)

Première exposition numérique proposée par Criminocorpus en 2006, ce parcours à la fois thématique et chronologique retrace, à travers plus de deux cent trente sources iconographiques, l’histoire de la peine de mort en France ainsi que les différentes étapes qui menèrent à l’abolition de la peine capitale.
Marc Renneville, co-auteur avec Jean-Claude Farcy ( † ) répond aux questions de la rédaction à propos de cette colossale exposition.

– Un musée sur l’histoire de la justice se devait de proposer une réflexion autour de la question de la peine de mort. Pouvez-vous revenir sur la genèse de cette exposition ?

M.R  L’idée de proposer des expositions était présente dès la création du site Criminocorpus, lorsque nous l’avons ouvert au public en décembre 2005, parce que nous étions convaincus que l’histoire de la justice devait aussi produire des récits mobilisant des sources visuelles. C’était pour nous un moyen de partager nos réflexions et nos travaux au-delà de la communauté des historiens et des professionnels de la justice. Le thème retenu s’est immédiatement imposé, sur proposition de Jean-Claude Farcy. 2006 était en effet l’année de célébration des 25 ans de l’abolition de la peine de mort en France et cette question de la peine de mort est un thème central de l’histoire judiciaire, politique et philosophique.
Et puis, en 2006, il faut se souvenir qu’il n’y avait pas pléthore d’initiatives. Il y avait donc là une opportunité éditoriale mais je dois préciser que, techniquement, nous sommes partis de… rien. Nous n’avions pas de solution de mise en ligne, pas de module existant. La programmation s’est faite en 2006, en même temps que la recherche documentaire, et la mise en ligne – très laborieuse – s’est étendue sur une bonne partie de l’été. Quoi qu’il en soit, le résultat fut à la hauteur de nos attentes, et le public fut au rendez-vous puisque cette exposition a été, et reste, la plus regardée de notre musée.

– Évoquer le long cheminement vers l’abolition, comprendre les débats autour de la peine capitale pour rendre compte tout à la fois de la réalité et des pratiques nécessitent de rapporter les témoignages de tous les acteurs (magistrats, policiers, condamnés, bourreaux mais aussi écrivains, parlementaires…). Sur quelles sources vous êtes-vous appuyés pour construire ce parcours ?

M.R  Les sources de cette exposition sont multiples. On y trouve des textes originaux, des extraits de discours, des manuscrits, des articles et des dessins de presse, des tableaux, des photographies anciennes et des objets. Elle est ainsi constituée de plus de 250 illustrations réparties en 11 chapitres. Cette sélection documentaire a pu être réalisée grâce au partenariat mis en place avec le musée national des prisons, aujourd’hui disparu ; le musée de l’Histoire vivante de Montreuil, le Centre historique des Archives nationales à Paris et le service des archives et du musée de la préfecture de police de Paris. J’ajoute, pour l’anecdote, que nous nous étions interrogés avec Jean-Claude sur la « bonne image » pour faire l’affiche de cette exposition. S’agissant d’un récit aboutissant à l’abolition, nous ne souhaitions pas montrer une guillotine en état de fonctionnement, c’est pourquoi nous avons choisi de présenter les bois de justice en pièces, tels qu’ils étaient entreposés, en 2005, au sous-sol du musée national des prisons qui était, rappelons-le, installé dans l’ancienne maison d’arrêt de Fontainebleau. Enfin, je précise que l’exposition a été publiée avec deux compléments notables. D’une part, la retranscription intégrale des trois grands débats parlementaires sur la peine de mort (1791, 1908 et 1981) et, d’autre part, un article de Jean-Claude Farcy très éclairant sur la dynamique conflictuelle de cette abolition de 1789 à 1981.

– A l’occasion de ce 40è anniversaire, cette exposition est désormais accessible dans le nouveau module des expositions de Criminocorpus. Vous avez souhaité qu’elle inaugure ce nouvel espace des expositions du musée. Pourriez-vous nous en donner les raisons et nous présenter en quelques mots les nouvelles fonctionnalités du module ?

M.R : Depuis 2005, nous n’avons cessé de publier de nouvelles expositions en nouant, à chaque fois, des partenariats très fructueux avec des musées, des centres d’archives publiques, des bibliothèques, des institutions judiciaires et des collectionneurs privés. Dans le même temps, le site Criminocorpus est devenu un musée nativement numérique d’histoire de la justice et il nous a semblé opportun de mettre à jour l’organisation de ce corpus, pour rendre les expositions plus accessibles, mieux signalées, plus riches en contenus puisque l’on peut désormais y trouver des vidéos et disons-le, plus belles encore, pour que nos visiteurs prennent plaisir à leur consultation. Nous avons eu une longue phase d’analyse et d’expertise des besoins des visiteurs et, pour cette phase essentielle de conception, nous avons été aidés par Emmanuelle Papinot, qui a pris en charge l’ergonomie cognitive du module. Toute l’équipe du CLAMOR s’est investi dans le projet, car il nécessite de republier intégralement, une à une, toutes les expositions réalisées. Cette opération est d’ores et déjà initiée et nous espérons aboutir dans un délai d’une à deux années. Bien sûr, tant que le transfert durera, les anciennes expositions resteront accessibles dans l’ancien module (à partir du 9 octobre). Nous portons le projet de ce nouveau module depuis près de deux ans. Il constitue pour le musée un gros investissement et nous espérons qu’il saura trouver son public.

Accéder à l’exposition Histoire de la peine de mort en France (1789-1981).

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search