Deux espions armagnacs jugés à Dijon en 1430 (Rudi Beaulant)

Archives départementales de la Côte-d’Or (cl. Rudi Beaulant)

Cet article est la présentation de l’édition de deux procès pour espionnage tenus en 1430 par la justice échevinale de Dijon disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus : le procès de Vincent Gayet, originaire de Lyon, envoyé par le bâtard d’Orléans pour espionner au profit des Armagnacs et le procès de Jehan Regnart, originaire de Sézanne, pour espionnage au profit des Armagnacs.

 

Présentation :

La série B II 360 des archives départementales de la Côte-d’Or, qui contient les enquêtes et procès criminels instruits par la mairie de Dijon de la fin du XIVe siècle à la veille de la Révolution française, et jugés par le maire et les échevins, contient nombre d’affaires classiques (vols, rixes, injures etc.) et d’autres cas plus atypiques. Le contexte de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, entre 1407 et 1435, est propice à la criminalisation et à la répression de comportements spécifiques d’une période de guerre : par exemple il n’est pas rare à Dijon que le terme « Armignac » soit proféré comme une injure par un individu qui souhaite en diffamer un autre, en jetant une suspicion sur sa fidélité au duc de Bourgogne et surtout en mettant en cause son honneur. L’espionnage est un autre exemple d’affaire inhérent à ce temps de guerre. Les coupables sont qualifiés dans les sources d’« espie », il est écrit qu’ils ont été envoyés « espier le pays, pour rapporter le convine aux adversaires d’icelli ». Ces termes désignent ici l’action de renseignement dont ont été chargés les agents envoyés, en même temps qu’ils servent à qualifier le crime commis tel qu’il est présenté dans les sentences prononcées à leur encontre. Les deux documents édités ici sont des procès intentés contre deux hommes, arrêtés à quelques jours d’intervalle au mois de juillet 1430 pour espionnage, à une époque où le roi Charles VII, enfin sacré à Reims et fort d’un contexte plus favorable aux armées royales après la victoire de Patay de 1429, prend le dessus sur une alliance anglo-bourguignonne dont les fragilités s’accroissent de plus en plus.

Lire l’article de Rudi Beaulant dans la revue Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2021, 7 octobre). Deux espions armagnacs jugés à Dijon en 1430 (Rudi Beaulant). Criminocorpus. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndqj

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search