José Giovanni : Huit mois, face à la tombe. Journal d’un condamné à mort

José Giovanni, Huit mois, face à la tombe. Journal d'un condamné à mort, Le Soleil noir, Positions n°2, juin 1952, page 88-89, CriminocorpusHuit mois, face à la tombe, journal d’un condamné à mort de Joseph Damiani – connu sous le pseudonyme de José Giovanni – est publié en juin 1952 dans Le temps des assassins, le deuxième numéro de la revue Le Soleil noir, Positions, à la suite d’une enquête sur le bien-fondé de la peine de mort et sur le droit de juger. Participèrent à cette édition les écrivains Jean Cau, Jean Cocteau, Joseph Delteil, Julien Gracq, Jean Paulhan, Benjamin Peret, Stephen Hecquet. C’est ce dernier – qui était l’avocat de Joseph Damiani – qui a probablement initié sa carrière littéraire. Joseph Damiani, ancien militant du PPF marseillais de Jacques Doriot est condamné à mort aux assises de la Seine les 9 et 10 juillet 1948 pour avoir, entre autres, racketté et tué des juifs en 1944 en compagnie de son frère milicien Paul Damiani et de son oncle, le chef de bande Ange Paul Santolini dit « Santos »1 . Sa condamnation à mort et sa peine de perpétuité est ramenée à vingt ans de travaux forcés le 14 novembre 1951. Il est libéré de Melun le 4 décembre 1956 et commence à publier chez Gallimard trois romans qui évoquent l’univers de la pègre et le monde carcéral sous le pseudonyme de José Giovanni. Huit mois, face à la tombe, journal d’un condamné à mort, qui débute le mardi 13 juillet 1948 – trois jours après sa condamnation à mort – et s’achève le 4 mars 1949 – le jour de l’annonce de sa grâce par le président Vincent Auriol – apporte un témoignage important de ce qu’était le régime des condamnés à mort à la prison de la Santé à cette époque, régime propre au quartier haut de la Santé qui comptait cinq condamnés à mort en juillet 1948.

Voir aussi :



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2021, 18 octobre). José Giovanni : Huit mois, face à la tombe. Journal d’un condamné à mort. Criminocorpus. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndqn

  1. Pour un récit plus détaillé du parcours criminel de Giovanni, nous renvoyons à l’article « Huit mois, face à la tombe »  [présentation par J.-C. Vimont] » sur le blog Criminocorpus []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search