Affaire Thérèse Humbert ou l’héritage Crawford (1902)

Affaire Humbert. Couverture de Détective du 1er mai 1930

Affaire Humbert. Couverture de Détective du 1er mai 1930

L’affaire Humbert ou l’affaire de l’héritage Crawford serait, selon Pierre Waldeck-Rousseau, la « plus grande escroquerie du siècle »1, « par l’ampleur des sommes détournées, par la place occupée par le couple Humbert au sein des élites, par la prestance de Thérèse Humbert […] »2. Résumons cette affaire : Thérèse Daurignac naît en 1856 dans le village d’Aussonne en Haute-Garonne d’un père quelque peu « aventurier » lui-même, un orphelin qui épousera la fille d’un fermier riche, prendra le titre de comte et le nom d’Aurignac et inventera l’existence d’un oncle d’Amérique fortuné. En 1878, elle épouse Frédéric Humbert, le fils de Gustave Humbert, un notable du voisinage – qui deviendra vice-président du Sénat puis président de la Cour des comptes. Elle raconte qu’elle est l’unique héritière d’une vielle propriétaire fortunée sur le point de mourir, duperie que les Humbert découvrent peu après le mariage. Thérèse et Frédéric Humbert emménagent à Paris où ils mèneront une vie de mondanités et de réceptions. En 1879, Thérèse Humbert invente un testateur américain millionnaire, Robert Henry Crawford, qui lui lègue la somme de 100 millions de francs pour l’avoir secouru dans un train suite à une crise cardiaque.

En 1881, son beau-père, le professeur Gustave Humbert, accrédite l’existence de cet héritage. Les créanciers et les institutions – le Crédit Foncier débloque presque un million de francs – en quête de gains sur les intérêts affluent. Frédéric Humbert fabrique également un faux acte de propriété – celui du faux château de Marcotte – et falsifie des titres de rentes.  En 1883, au bout de plusieurs mois d’attente de l’héritage, Thérèse Humbert invente l’existence de deux testaments datés du 6 septembre 1877 pour soulager les inquiétudes des investisseurs : le premier testament stipule qu’elle est la fille – adultérine – de Robert Henry Crawford et son unique héritière ; le second stipule que c’est sa propre sœur, Maria Daurignac, qui hérite du tiers, et qu’elle-même n’est que bénéficiaire d’une rente mensuelle de 30 000 francs.  Ce sont les neveux Crawford qui doivent acquitter cette rente. L’établissement de la succession nécessite alors un procès ou une transaction. L’inquiétude monte chez certains créanciers et prêteurs potentiels.  En 1884, Thérèse Humbert trouve une nouvelle invention : les neveux renoncent à tout ; ils se contenteront bien de trois millions chacun. Thérèse Humbert distribue les rôles des neveux Crawford à ses propres frères, Émile et Romain Daurignac. Les faux neveux Crawford déclarent renoncer à l’héritage en échange d’une indemnité de six millions. Thérèse Humbert invente une astuce pour trouver cette somme et imagine une nouvelle ruse. Il s’agit de l’existence d’une clause secrète citée par les neveux Crawford : le mariage de la sœur cadette de Thérèse avec l’un d’eux. Thérèse Humbert assigne en justice les Crawford en octobre 1885. En janvier 1890, la justice donne raison à Thérèse Humbert, atteste de l’existence de deux – faux – testaments et valide l’héritage. Les faux Crawford se pourvoient en cassation. L’un se désiste, l’autre se maintient. La cour suprême rejette le pourvoi en janvier 1892 et confirme le 1er janvier 1900 que les Humbert peuvent verser les six millions demandés par les neveux à la Caisse de dépôts. Un nouveau rebondissement a lieu : toute la procédure peut être annulée car les Crawford n’habitent pas à l’adresse new-yorkaise indiquée sur les actes. Le « système Humbert » fonctionnera pendant près de vingt ans. Thérèse, assistée de son mari et de ses frères, jongle entre les emprunts et les remboursements en invoquant sa succession à venir. C’est la faillite de la banque Girard et Cie à laquelle les Humbert doivent six millions qui met un terme à l’escroquerie. Le liquidateur judiciaire veut vérifier l’authenticité de la créance et découvre que les Crawford n’ont pas de domicile légal. Le Matin mène l’enquête, l’un des créanciers des Humbert exige la mise sous séquestre de leur fortune et l’établissement de l’inventaire de leur coffre-fort, dont l’acte transactionnel signé le 9 décembre 1884 atteste la conservation des titres de la succession sous scellés. La saisie a lieu le 9 mai 1902. La presse décrira le contenu du coffre-fort :  une pièce de monnaie, un bouton de culotte et une coupure de presse. Les Humbert sont arrêtés à Madrid le 20 décembre 1902, extradés en France et écroués à la Conciergerie. Ils comparaissent en cour d’assises du 8 au 22 août 1903. Thérèse Humbert est reconnue coupable, condamnée à cinq ans d’emprisonnement. Frédéric Humbert est condamné à la même peine, Romain Daurignac à trois ans, et Émile Daurignac à deux ans.

Au sujet de l’affaire Humbert, voir sur Criminocorpus :



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2021, 2 novembre). Affaire Thérèse Humbert ou l’héritage Crawford (1902). Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndqo

  1. expression de Pierre Waldeck-Rousseau citée par Frédéric Chauvaud dans Frédéric Chauvaud, « “Les millions et les picaillons” de la “Grande Thérèse” (1878-1903) » in Frédéric Chauvaud, Gilles Malandain, Impossibles victimes, impossibles coupables : Les femmes devant la justice (XIXe-XXe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2009 []
  2. Ibid. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search