Écrits de l’enfermement en Suisse (XIXe-XXe siècles)

Un nouveau dossier sous la direction de Cristina Ferreira et Ludovic Maugué proposé dans la Revue Criminocorpus.

« Ainsi se trouve établi que le condamné ne peut avoir de pensée puisqu’il ne doit avoir que des souvenirs.
Sa mémoire seule est admise, non ses idées. […] L’infraction n’est pas faite pour être pensée ; elle doit seulement être vécue, puis rappelée.
Nous ne tolérons pas le système, mais la simple mémoire du crime ».

« Comme l’observe Michel Foucault en préfaçant l’ouvrage de l’ancien détenu et co-fondateur du Groupe d’information sur les prisons (GIP) Serge Livrozet, la parole du condamné a longtemps été confinée dans un cadre bien délimité. Sous l’Ancien Régime, l’expression autorisée de l’homo criminalis devait être celle du larron repenti édifiant le peuple depuis son gibet. Par la suite, la parole criminelle ou le récit de vie du prisonnier ont été tout autant codifiés, voire confisqués. Qu’ils racontent leur vie ? La belle affaire. Mais à la condition que l’autobiographie coupable apparaisse comme une aventure singulière, conséquence d’une « sorte de faiblesse » ou d’un « obscur génie ». À la condition, surtout, que l’infracteur s’abstienne de penser « le sens politique de l’infraction ». Aussi, un véritable tournant s’opère-t-il au début des années 1970 lorsque le GIP s’attaque aux « barreaux du silence » en incitant les détenus à « faire savoir la prison » au-delà des discours convenus et autorisés. En révélant dès lors tout l’intolérable qui caractérise l’enfermement, les écrits des détenus – à l’instar de ceux des internés psychiatriques et autres interdits – comptent parmi ces témoignages singuliers d’une « urgence à dire dans laquelle se trouve plongé l’être aux prises avec les soubresauts de son destin »(… )»

Lire la suite de la présentation du dossier par Cristina Ferreira et Ludovic Maugué dans la Revue Criminocorpus.

Au sommaire de ce dossier en cours de publication :

Mikhaël Moreau« Les paroles s’envolent, les écrits restent ». Traces ordinaires de psychopathes internés à Cery

Mirjana Farkas et Cristina FerreiraEsquisser un avenir sans drogue en détention préventive (Genève, 1970-1980) 

Ludovic Maugué, Du vacarme individuel aux causes collectives : Les luttes carcérales en Suisse romande et le Groupe Action Prison

 

 

 



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2021, 2 décembre). Écrits de l’enfermement en Suisse (XIXe-XXe siècles). Criminocorpus. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndr3

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search