Colonie agricole et pénitentiaire de Mettray [album de 20 lithographies]

Fabrique d'instruments aratoires, Colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, lithographies de A. Thierry, 1844, p. 10

Fabrique d’instruments aratoires, Colonie agricole et pénitentiaire de Mettray, lithographies de A. Thierry, 1844, p. 10

Le document présenté ici est un album de lithographies de la colonie agricole et pénitentiaire de Mettray réalisées par A. Thierry, un élève de l’architecte Abel Blouet qui a dressé les plans de Mettray. Établissement privé de réhabilitation de délinquants âgés de 7 à 20 ans fondé en 1839 par le magistrat Frédéric-Auguste Demetz en Touraine, la colonie de Mettray deviendra l’établissement emblématique du mouvement des colonies privées agricoles et pénitentiaires qui débute en France dans les années 1830, ainsi qu’un modèle d’organisation du régime intérieur et des travaux agricoles au niveau international – qui inspirera les colonies belges de Ruysselede (1949) et de Beernhem (1854) fondées par Ducpétiaux, et la colonie néerlandaise fondée en 1851 dans la province de Gueldre par Suringar surnommée le « Mettray hollandais ». Le projet est présenté comme devant permettre aux colons de « se rédempter par la religion, le contact avec la nature et le travail aux champs ». Or, en 1909 le « scandale de Mettray »1 fait grand écho dans la presse française et de nombreux titres dénoncent les mauvais traitements infligés aux enfants à Mettray, notamment l’isolement forcé et la coupure avec la famille.

Dans leur article « Une visite à Mettray par l’image : l’album de gravures de 1844 »2, Jacques Bourquin et Éric Pierre livrent une analyse de l’album de 1844. Ils soulignent en effet la dimension utopique et la teneur publicitaire de la brochure, qui offre une représentation idéale de la colonie, représentation reposant « en grande partie sur l’action volontariste des fondateurs et promoteurs de l’institution », qui organisent ainsi « une véritable opération de communication sur Mettray ». Jacques Bourquin et Éric Pierre décryptent les objectifs de cette campagne de propagande à plusieurs niveaux : faire connaître Mettray auprès du lectorat de journaux, recruter de nouveaux souscripteurs et, surtout, diffuser « l’idée que la colonie de Mettray représente la solution à la question du traitement des jeunes de l’article 66 du Code pénal, ces jeunes, souvent vagabonds, que Demetz appelle dans un premier temps « les innocents coupables ». »

Cette brochure se présente donc comme une visite guidée des lieux qui prône la religion, l’enseignement et le travail agricole, les trois principes valorisés par l’institution ; y est omise par exemple la représentation du quartier disciplinaire qui existait dès la création de l’institution.

Voir aussi sur Criminocorpus :

  1. Le 22 janvier 1909, le jeune Coutard/Gontard/Gontan – l’orthographe n’est pas fixée – est retrouvé pendu dans sa cellule à Mettray. Il avait fait une première tentative de suicide sur le chemin de la colonie où l’avait envoyé son père pour correction  – le garçon était tombé amoureux d’une danseuse appartenant à la troupe des « Gibsons Girls » en représentation dans un music-hall de Marseille. Voir : Frédéric Chauvaud, « Le scandale de Mettray (1909) : le trait enténébré et la campagne de presse » in Sophie Chassat, Luc Forlivesi et Georges-François Pottier (dir.), Éduquer et punir : La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray (1839-1937),  Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2005, p.175-193. []
  2. Jacques Bourquin, Éric Pierre, « Une visite à Mettray par l’image : l’album de gravures de 1844 », Sociétés & Représentations, n°18, 2004/2, p. 207-216.  []

Vous aimerez aussi...