Une institution dégradante, la prison (Corinne Rostaing)

« Avec cet ouvrage, Corinne Rostaing propose une synthèse inédite des travaux portant sur l’institutionnalisation de la prison. La sociologue rassemble un vaste ensemble de contributions historiques et empiriques portant sur la consolidation de cette institution progressivement devenue objet politique. Elle entend ainsi comprendre comment la prison – entendue à la fois comme peine et institution – s’est édifiée en marge des idéaux démocratiques. Mais ce livre est d’abord l’aboutissement de trente ans de recherche sur les prisons françaises. Corinne Rostaing soutient en effet au début des années 1990 la première thèse de sociologie sur les femmes détenues, qu’elle prolongera au long de sa carrière par le biais de plusieurs enquêtes ethnographiques en milieu fermé. Deux recherches collectives, qui ont fait date en sociologie carcérale, lui permettent notamment d’interroger le rapport de la société à la prison : la première aux côtés de Antoinette Chauvenet et Françoise Orlic sur les violences carcérales (2008), la seconde avec Céline Béraud et Claire de Galembert sur l’étude du fait religieux en prison (2016). Elle se prête ainsi à un travail de ré-analyse d’un matériau dense, recueilli dans une diversité d’établissements pénitentiaires, tant auprès de personnels pénitentiaires que d’hommes et de femmes détenu.e.s. (…) »

Lire la suite du compte rendu proposé par Manon Veaudor dans la revue Criminocorpus.

Référence de l’ouvrage : Corinne Rostaing, Une institution dégradante, la prison, Paris, Gallimard (coll. « Essais »), 2021, 320 p.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2021, 21 décembre). Une institution dégradante, la prison (Corinne Rostaing). Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndr8

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search