Wall Street à Hollywood : une perspective de criminologie culturelle visuelle (Carla Nagels et Françoise Vanhamme)

« La bourse, dont celle de Wall Street constitue sans doute le spécimen le plus fameux, est le siège de l’activité financière qui se développe autour de l’investissement et de l’échange de titres. Si les jeux de spéculation et de transaction qui la caractérisent sont généralement légitimes, le milieu de la finance n’est pas pour autant exempt d’errements et d’inconduites. Comme l’a encore rappelé la crise des subprimes en 2008, de telles dérives peuvent à ce point ébranler l’économie mondiale qu’une série d’effets sociaux désastreux s’ensuivent. Or, bien que pouvant faire la une des médias, les pratiques indélicates qui concourent à de telles crises ne suscitent finalement que peu de réactions, même si pour certains auteurs, des pratiques frauduleuses attestées ont eu un réel impact sur la survenance des différentes crises qui ont jalonné les trente dernières années. La transgression financière n’apparaît comme un enjeu important ni dans la population, ni d’ailleurs dans les politiques. Le présent article entend contribuer à la compréhension de cet intérêt limité en questionnant l’image des inconduites en bourse produite par un média à forte pénétration populaire : le cinéma . […]»

Lire la suite de l’article de Carla Nagels et Françoise Vanhamme dans la revue Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...