Mémoires de Gaudence de Luques, prisonnier de l’Inquisition (1754)

Les gravures présentées ici sont extraites des Memoirs of Sigr Gaudentio di Lucca taken from his confession and examination before the Fathers of the Inquisition at Bologna in Italy [], célèbre roman utopique anglais écrit en 1737 par un prêtre catholique anglais détenu à la Tour de Londres, Simon Berington (1679-1755). Il s’agit ici de la traduction française de 1754 de Jean-Baptiste Dupuy-Demportes, Mémoires de Gaudence de Luques [sic], Prisonnier de l’Inquisition : Augmentes de plusieurs Cahiers qui avoient été perdu a la Douane de Marseille []1. Cette « nouvelle version, très souvent rééditée et fréquemment considérée comme une œuvre française originale »2, bien que largement moins fidèle au texte original, a supplanté la première traduction française du texte par Miltz et le chevalier de Saint-Germain (1746). Les Mémoires de Gaudence de Luques s’inscrivent dans la lignée des utopies romanesques du XVIIe siècle, La Terre australe de Gabriel de Foigny (1676)3 et L’Histoire des Sevarambes de Denis Vairasse (1677)4, utopie décrivant un monde idéal situé dans les terres australes, quoique présentée comme un ouvrage d’histoire et géographie. Le mythe des Terres australes, qui provient du continent imaginaire Terra Australis Incognita apparaissant sur les cartes européennes entre le XVe et le XVIIIe siècle, sera finalement corrigé par Matthew Flinders et James Cook à la fin du XVIIIe siècle, alors que ce dernier explore les îles de la Société dans l’actuelle Polynésie française, y découvre l’île de Rurutu, puis atteint la Nouvelle-Zélande le 6 octobre 1769.

Récit d’initiation et de formation, les Mémoires de Luques décrivent le voyage circulaire du héros qui découvre au cœur du continent africain les Mezzoraniens, un peuple imaginaire héritier des anciens Égyptiens dont ils perpétuent les lois depuis trois mille ans. Berington chercherait dans « la diversité des cultes païens l’unité d’une révélation primitive d’essence chrétienne5 », un idéal de civilisation sans propriété privée ni peine de mort.

Lien vers le document : Mémoires de Gaudence de Luques, prisonnier de l’Inquisition



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2022, 31 janvier). Mémoires de Gaudence de Luques, prisonnier de l’Inquisition (1754). Criminocorpus. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndrf

  1. Simon Berington, Mémoires de Gaudence de Luques. Tome 1 / … augmentés de plusieurs cahiers qui avaient été perdus à la douane de Marseille enrichis de scavantes remarques de M. Rhedi... [Précédé d’une lettre du secrétaire de l’Inquisition, le P. Alisio de St Ivorio à M. Rhedi.] []
  2. Jean-Michel Racault, « Périples africains et itinéraires initiatiques dans le roman européen des années 1730 », Dix-huitième siècle, n° 44, 2012/1, p. 238 []
  3. Gabriel de Foigny, La Terre australe connue , c’est-à-dire la description de ce pays inconnu jusqu’ici, de ses moeurs et de ses coutumes, par Mr Sadeur, avec les avantures qui le conduisirent en ce continent… réduites et mises en lumière par les soins et la conduite de G. de F. []
  4. Denis Vairasse, L‘histoire des Sevarambes : peuples qui habitent une partie du troisième continent, communément appelé la Terre australe […] []
  5. Jean-Michel Racault, « Périples africains et itinéraires initiatiques […] », art. cit. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search