Ceux qui sont restés : les anciens forçats en Guyane après l’abolition du bagne (Jean-Lucien Sanchez)

« Les visiteurs du Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP) de Saint-Laurent-du-Maroni, situé dans l’ancien camp de la transportation, peuvent y découvrir une exposition permanente dédiée à l’histoire du bagne colonial de Guyane réalisée par Marie Bourdeau et Michel Pierre1. Ce parcours s’achève par la projection d’un film de Roger Pradineau. Ce médecin a exercé en Guyane dans les années 1960 et a filmé à l’aide d’une caméra au format Super 8 d’anciens bagnards qu’il a rencontrés à l’hôpital André Bouron, à Saint-Laurent. Une première séquence montre un vieillard qui, au signal du réalisateur, s’avance en claudiquant lentement vers l’objectif. La seconde montre d’autres vieillards attablés qui fixent avec hébétude le réalisateur. L’impression qui se dégage du visionnage de ce film muet est poignante. Le parcours d’exposition qu’il vient conclure présente en effet tout du long le projet utopique de colonisation pénitentiaire porté par le bagne qui visait à permettre à des forçats de devenir des colons et de s’installer durablement en Guyane. Mais la vision de ces hommes en fin de vie qui clôt sobrement ce parcours symbolise d’une façon particulièrement cinglante l’échec de ce projet.[…] »

Lire la suite de l’article de Jean-Lucien Sanchez dans la revue Criminocorpus.



Citer ce billet
Sophie Victorien (2022, 20 janvier). Ceux qui sont restés : les anciens forçats en Guyane après l’abolition du bagne (Jean-Lucien Sanchez). Criminocorpus. Consulté le 22 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndrc

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search