La cible Marx Dormoy (1936-1941). Retour sur une mort annoncée (Franck Tison)

Le 18 novembre 1936, Roger Salengro choisissait de mettre fin à ses jours, victime d’une campagne de presse ignominieuse et fallacieuse. Le ministre de l’Intérieur du Front populaire n’avait pas supporté que l’on ait pu injustement mettre en doute son comportement patriote lors du premier conflit mondial. La nouvelle connue, une émotion particulièrement vive se fit immédiatement jour. Dans le Nord bien sûr, sa région natale et sa terre d’élection, mais aussi au sein du gouvernement. Léon Blum, président du Conseil, perdait en la circonstance un ami cher, un compagnon de lutte de longue date, un collaborateur-clé. Passée la phase traumatique immédiate, le leader socialiste se trouva confronté à une épineuse question : quel successeur donner à l’ancien maire de Lille ? Le climat enfiévré du mitan des années 1930 rendait particulièrement délicat ce choix. L’homme idoine devait être capable de résister aux philippiques de la presse d’extrême droite qui ne se priverait pas de tenter de le fragiliser. Le nouveau locataire de la place Beauvau aurait aussi à affronter les formations politiques antirépublicaines. Enfin, il lui faudrait pouvoir contribuer au règlement des nombreux conflits sociaux qui perduraient. Bref, il lui fallait trouver un homme qui ne craindrait pas d’être chahuté, vilipendé, sali, un homme de dialogue au cuir épais. En dépit de ce cahier des charges pour le moins exigeant, Léon Blum ne douta guère1. C’est au sein de son propre gouvernement qu’il trouva le profil recherché en la personne de Marx Dormoy. Le maire de Montluçon, était un proche apprécié, côtoyé à de nombreuses reprises, au Parlement, dans les congrès SFIO, lors des rassemblements populaires, admiré pour incarner un socialisme municipal. Qui plus est, en tant que sous-secrétaire d’État à la présidence du Conseil, il avait fait ses preuves, dénouant avec à-propos des situations de blocages sociaux2. Des réussites qui importaient peu aux yeux de la presse d’opposition nationaliste tant son exécration du Front populaire demeurait vivace. Marx Dormoy, désormais figure de proue du gouvernement Blum, devenait ainsi une proie à traquer, une cible à abattre, un ministre à décrédibiliser, à railler, à bafouer, à désacraliser. À force d’attiser le mépris et la colère à son encontre, ses dénigreurs se muèrent en prescripteurs d’une vengeance politique que de serviles exécutants se chargèrent d’assouvir sous le régime de Vichy.

Lire la suite de l’article de Franck Tison dans la revue Criminocorpus



Citer ce billet
Sophie Victorien (2022, 24 janvier). La cible Marx Dormoy (1936-1941). Retour sur une mort annoncée (Franck Tison). Criminocorpus. Consulté le 19 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndrd

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search