Aristides de Sousa Mendes : Le juste de Bordeaux

Le juste de Bordeaux : Aristides de Sousa Mendes

Le juste de Bordeaux : Aristides de Sousa Mendes

Parution du livre en première édition le 7 avril 1998 -En juin 1940, à Bordeaux, commence la plus grande opération de sauvetage menée par une seule personne pendant l’Holocauste. Aristides de Sousa Mendes, consul du Portugal, bravant les ordres donnés par Salazar, prend la décision de délivrer des visas à tous les réfugiés qui se présentaient à lui : 30.000 personnes, dont 10.000 juifs purent, grâce à lui, échapper à la barbarie nazie. ©Electre 2015

Biographie de l’auteur : José-Alain Fralon -Reporter-journaliste au Journal le Monde – Né en 1945 à Constantine en Algérie. Après avoir été correspondant du Matin pour les affaires européennes, puis responsable de l’édition Afrique de l’Express, José-Alain Fralon, a été correspondant du Monde à Bruxelles de 1985 à 1991. Il a également couvert le procès de Maurice Papon à Bordeaux d’octobre 1997 à mars 1998.

Journaliste. Ancien grand reporter au Monde, longtemps correspondant à Bruxelles

José-Alain Fralon – Journaliste. Ancien grand reporter au Monde, longtemps correspondant à Bruxelles

Bibliographie de l’auteur :

Baudouin : L’homme qui ne voulait pas être roi (Fayard, 2001) – à propos du livre

Aristides de Sousa Mendes, Le juste de Bordeaux (Mollat, 1998)

Lettre ouverte d’un petit Français au roi des Belges et à quelques autres (Fayard, 1990) : une esquisse souvent surprenante de la Belgique d’aujourd’hui.

Albert Frère (Fayard, 1999), Le fils du marchand de cloudsL’Europe, c’est fini (1975)
Les milliards de l’orgueil (1989) écrit avec Bruno Dethomas,

Mariage blanc, place rouge (J.C. Lattes, 1984) : roman

Éditeur : Mollat, Bordeaux

Ce livre a inspiré le téléfilm

Désobéir (2009) réalisé par Joël Santoni.

« Désobéir » : ne pas se soumettre, enfreindre. Désobéir à la loi.

Un excellent outil d’enseignement pour étudier le début de la Seconde Guerre mondiale et l’instauration de l’État français par Pétain, au collège et au lycée.

Bernard Le Coq est Aristides de Sousa Mendes. ©Panama production

Bernard Le Coq est Aristides de Sousa Mendes. ©Panama production

En Europe, devant l’avancée des troupes du Reich, Bordeaux vit une arrivée massive de réfugiés. La France de 1940 est face à la défaite militaire, à l’exode des populations civiles, à la perte de ses repères culturels, religieux, civiques, patriotiques et à la peur du nazisme qui déferle sur le sol national et précipite l’Europe dans le chaos. Toutes les populations en danger (Juifs, républicains espagnols, communistes, réfugiés… « les indésirables »), souhaitent obtenir un visa pour le Portugal. Devant le consulat de Bordeaux, comme ailleurs en France, on fait la queue pour obtenir ce précieux sésame pour la liberté, pour la vie !

Les sympathies de Salazar, interprété par Paulo Matos, pour le nazisme l’inclinent à interdire à sa représentation diplomatique à l’étranger de délivrer ces fameux visas. Aristides de Sousa Mendes, consul de 1re classe du Portugal à Bordeaux, joué par Bernard le Coq, représente son pays, certes dirigé par un dictateur, Salazar, mais neutre au regard du conflit mondial. Il est chrétien, humaniste, mais aussi haut fonctionnaire, représentant d’un État auquel il doit, bien entendu, une obéissance sans réserve. Peut-il passer outre la circulaire no14 qui lui enjoint de refuser l’accès de son pays à ces pauvres gens et ainsi de les précipiter dans la mort alors que sa conscience l’oblige à désobéir à des ordres qui ne sont pas certes illégaux, mais immoraux et inhumains ? Il est payé pour obéir, pour être loyal… c’est ce que lui rappelle son 1er secrétaire, interprété par Roger Sousa.

Il appartient à une grande lignée de l’aristocratie portugaise, il est diplomate, père d’une nombreuse famille aux soins de laquelle il veille jalousement et pourrait faire prévaloir la fidélité à son pays. Il pourrait aussi mettre en sommeil cette morale chrétienne qui lui sert de boussole mais qui, par ailleurs, ne lui provoque aucun état d’âme quand il fréquente sa maîtresse, Andrée Cibial jouée par Émilie-Scarlett Moget, qui va lui donner un enfant. Il pourrait parfaitement camper sur cette position assez hypocritement confortable et décider de faire ce à quoi il a dédié sa vie d’agent de l’État et obéir aux ordres sans se poser toutes ces questions que les circonstances font naître.

Après une rencontre avec le rabbin Kruger, interprété par Frédéric Quiring, avec qui il disserte longuement sur le message de paix contenu dans le Talmud et l’Évangile, et après une réflexion personnelle qui fait blanchir prématurément ses cheveux, il décide pour lui-même, mais aussi pour sa famille d’être en accord avec sa conscience et va délivrer des visas à tous, à Bordeaux, à Bayonne puis à Hendaye. Après avoir délivré des visas en pleine connaissance de cause, il rentre chez lui au Portugal, bien décidé à affronter la justice de son pays. Il pense, légitimement que ce dictateur, par l’éducation chrétienne qu’il a reçue, ne pourra que partager son engagement. Mais il faudra attendre le retour laborieux à la démocratie pour que sa mémoire soit réhabilitée.

Ils furent nombreux ces hommes qui ont été confronté aux même choix qu’Aristides de Sousa Mendes. Ils furent peu nombreux à faire le choix d’Aristides de Sousa Mendes.

Critiques

« (…) ce téléfilm intègre intelligemment des images d’archives et a tout de même plus de souffle et de chair qu’un simple docu-fiction. »

Télérama

Pour visionner un extrait du téléfilm, cliquez sous le lien ci-dessous :

Désobéir


Vous aimerez aussi...