Affaire Brengues : l’assassinat de l’astronome Charlois

Lettre du docteur Brengues écrite depuis sa cellule sur le bandeau d'une revue médicale à laquelle il était abonné, collection Franck Sénateur, Musée Criminocorpus

Lettre du docteur Brengues écrite depuis sa cellule sur le bandeau d’une revue médicale à laquelle il était abonné, collection Franck Sénateur, Musée Criminocorpus

Résumé de l’affaire :

Le samedi 26 mars 1910 aux alentours de 23h, un individu frappe à la porte du domicile niçois de l’astronome Auguste Charlois en criant qu’il lui apporte un télégramme. Auguste Charlois s’empresse de lui ouvrir et reçoit une balle de revolver en plein cœur. Il décède peu de temps après à l’hôpital St-Roch. Le meurtrier s’enfuit. À la découverte du crime, son beau-frère, un médecin nîmois du nom de Gabriel Brengues (Brenguès), est immédiatement soupçonné du meurtre. Auguste Charlois (âgé de 45 ans) qui avait découvert 99 astéroïdes entre 1887 et 1904 à l’observatoire de Nice jouit alors d’une grande notoriété au sein de la communauté scientifique internationale. De cette notoriété naîtra l’intérêt de la presse pour l’affaire Brengues.

De nombreux témoignages de proches de la victime font acte d’un conflit de succession entre Brengues et Charlois, dont la première épouse Marie Charlois, décédée le 16 novembre 1906 des suites d’une méningite, est l’une des sœurs de Thérèse Brengues, l’épouse de Brengues. En effet, Gabriel Brengues accuse la victime de l’avoir spolié de l’héritage de Marie Charlois. Le défenseur de Brengues, Me Pourquery de Boisserin, fait valoir que Marie Charlois avait effectivement rédigé un testament désignant sa sœur Thérèse comme légataire universel le 20 octobre 1902. Or, peu avant sa mort, elle avait modifié son testament et écrit sur papier libre et au crayon qu’elle voulait léguer sa fortune à son époux. Brengues explique avoir entamé plusieurs procédures en justice pour faire reconnaitre cette « escroquerie » ». Il avait perdu contre Charlois un procès en nullité de testament.

Brengues se déclare innocent, prétend s’être rendu à Milhaud l’après-midi du meurtre mais les charges qui pèsent contre lui sont accablantes. Melle Jacquet, une employée du PLM à la gare de Nîmes déclare avoir vendu un billet aller-retour pour Milhaud à Brengues vers 2h40 le jour du meurtre, puis l’avoir vu se diriger vers un train à destination de Nice.  Il est reconnu le lendemain matin du meurtre par un employé de la gare de Nîmes et par un certain Edmond Richard, directeur de banque à Orange, qui a vu l’accusé monter en gare de Tarascon dans le train pour Nîmes. De plus, l’expertise de l’armurier Grivolat établit l’origine de la douille retrouvée sur les lieux du crime. Brengues déclare n’avoir jamais eu de revolver en sa possession mais il est dénoncé par Émile Dunan, un ami pharmacien à qui il avait confié un revolver browning et des douilles le 27 mars. Brengues emploie tous les moyens  pour retarder le procès : il récuse le jury une première fois, fait appel et se prétend malade…

Parmi les nombreux témoignages à charge, celui de l’ancienne domestique des époux Brengues, Henriette Laurent, est déterminant pour établir la culpabilité de Brengues. À trois reprises elle affirme sous serment que le docteur Brengues n’était pas au souper du 26 mars et qu’elle n’a pas fait son lit le 27 mars au matin. « Je ne peux mentir en pareille circonstance ! » déclare-t-elle à l’audience du matin du 20 février 1911 aux assises des Alpes Maritimes. Gabriel Brengues est condamné aux travaux forcés à perpétuité au bagne par la Cour d’assises des Alpes-Maritimes le 21 février 1911. Il est accusé de meurtre avec préméditation sans guet-apens. Brengues se pourvoit en cassation le 27 mai 1911. Sa demande est rejetée le lendemain par la Cour. Gabriel Brengues meurt au bagne le 21 février 1926.

Si le procès Brengues a été largement couvert par la presse de l’époque, on trouve également dans l’entre-deux guerres un nombre non négligeable de reportages sur les forçats du bagne de Guyane qui évoque le personnage de Gabriel Brengues. La durée de sa peine, la ténacité avec laquelle il a maintenu son innocence, son « caractère revêche »1, son statut social et sa profession de médecin qui le distinguaient de la majorité des condamnés au bagne, ont servi à construire sa notoriété.

Documents de la bibliothèque de Criminocorpus autour de l’affaire Brengues :

 

  1. Alexis Danan, Cayenne, éditions Arthème-Fayard, Paris, 1934 []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search