Les femmes de la Royal Air Force, 1918-1945 – Engagées vers la victoire

Les femmes de la Royal Air Force, 1918-1945 - Engagées vers la victoire

Les femmes de la Royal Air Force, 1918-1945 – Engagées vers la victoire

Parution du livre le 16 mars 2012 – Quand on a vingt ans aujourd’hui en France, que sait-on des femmes engagées dans les combats du XXe siècle ? Peu de chose. Au Royaume-Uni par contre, les femmes n’ont cessé d’être présentes au travers de leurs mémoires et d’ouvrages d’historiens. C’est à celles de la Royal Air Force, rassemblées au sein de la Women’s Royal Air Force (WRAF) puis de la Women’s Auxiliary Air Force (WAAF) que l’auteur s’est intéressée. Au sol, dans de multiples métiers dans la RAF, elles ont remplacé les hommes partis voler pour la bataille d’Angleterre. Certaines se sont portées volontaires pour le Special Operations Executive (SOE) de Churchill, parachutées ou transportées sur les terrains de la résistance alliée en France. D’autres ont été pilotes civiles de l’Air Transport Auxiliary (ATA) dont la mission était de convoyer les avions depuis les usines aéronautiques jusqu’aux bases aériennes. Même si les femmes de la RAF n’ont pas été autorisées à voler au combat, elles ont fait beaucoup plus pour la nation britannique et le monde libre qu’on ne l’a vraiment su…

Gros plan sur un épisode oublié de l’histoire de la Royal Air Force : le rôle des femmes au cours des deux conflits mondiaux …

Dès 1918 en Grande-Bretagne, des femmes occupent, au côté des hommes, une place importante dans la Royal Air Force. De 25 000 en 1919, ces auxiliaires, partenaires de la RAF, passent à 250 000 dans la période 1939-1945 pour contribuer activement à l’effort vital de leur pays afin de sauver l’Europe de la barbarie hitlérienne. Après avoir sacrifié leur jeunesse pour un voyage vers l’inconnu, elles remplacent les hommes dans les états-majors et dans les escadrons britanniques, à travers une grande variété de métiers parfois très masculins, mais sans jamais avoir le droit de piloter les avions pendant les opérations de guerre.

Dans l’histoire de l’aviation, il s’agit d’un épisode méconnu, voire oublié, et pourtant capital. Geneviève Moulard revient sur le rôle de la Women’s Royal Air Force (WRAF) de 1918, sur celui de la Women’s Auxiliary Air Force (WAAF) vingt ans plus tard, dont certains membres seront recrutés comme agents du Spécial Opérations Executive (SOE) et connaîtront un destin tragique, enfin sur celui des pilotes civiles de l’Air Transport Auxiliary (ATA), qui convoyaient les avions aux escadrons de la RAF en première ligne.

Le monde de l’aviation, les raids aériens ainsi que les pilotes et les équipages sont décrits à travers les yeux de ces jeunes femmes de vingt ans. Sur les bases aériennes, elles affrontent avec courage et dévouement, malgré une discipline rigoureuse, les dangers et les drames, mais elles vivent aussi d’inévitables romances de guerre et nouent des amitiés indéfectibles. Cet ouvrage est un hommage à toutes celles qui, par leur contribution essentielle, ont soutenu il y a quelques décennies les opérations aériennes à côté des hommes et qui, en partie grâce à leur ténacité, ont permis aux nouvelles générations de devenir enfin leurs égales dans la RAF d’aujourd’hui, c’est-à-dire piloter des avions de combat.

Geneviève Moulard, consultante, s’intéresse à l’histoire de l’aviation et s’applique à la promouvoir. Elle travaille également sur divers aspects du domaine de la défense et sur celles et ceux qui la servent. Elle est par ailleurs co-auteur de l’ouvrage Droites, Mystérieux robots volants (Lavauzelle).

 Extrait du livre

Le tournant du siècle – Fait méconnu, l’histoire des femmes dans la force aérienne britannique remonte à la guerre de 1914-1918. Même pour ceux qui n’ont connu que la seconde guerre mondiale, la surprise est probable. Pourtant, avant que les jeunes femmes britanniques ne s’engagent dans les forces armées, il a fallu dans tous les pays qu’elles s’affranchissent d’abord de nombreux préjugés et d’un antiféminisme certain. Les organisations féminines comme la Women’s League ont depuis toujours tenté de changer la façon dont les femmes ont été jusque-là considérées dans la société britannique et n’ont affecté en réalité que certaines classes aisées, ne touchant pas la classe ouvrière. C’est tout de même la déclaration de guerre en août 1914 qui marque le grand tournant de l’avènement de l’égalité féminine en Angleterre et qui accélère le processus d’intégration de la femme britannique dans le travail et dans la société en général. Qu’elles soient d’ordre civil ou militaire, les activités des femmes dans l’effort de guerre suscité par le gouvernement vont donner un coup de fouet à l’amélioration de leur statut social et de leur position dans la société britannique.

Avant 1914, les femmes de la classe aisée ne travaillent pas ou du moins très peu. Dans la classe moyenne, elles sont alors professeurs, infirmières ou gouvernantes. Les universités leur ouvrent leurs portes bien qu’Oxford ou Cambridge hésitent tout de même à leur décerner les diplômes tant convoités. Après le mouvement des «suffragettes» incarné par la Women’s Social and Political Union de Mrs. Pankhurst et ses filles, puis par les National Union of Women’s Suffrage Societies des féministes de Mrs. Millicent Fawcett, elles peuvent voter dans des scrutins locaux. Il est clair qu’aucun homme politique ne souhaite vraiment les écouter ni s’attarder à la défense de leur cause. Nombreuses militantes sont même punies pour avoir manifesté leur indignation.

L’annonce de la première guerre mondiale est l’étincelle qui enflamme le militantisme des «suffragettes». Déterminées, elles décident d’abandonner le combat pour le droit de vote et de s’engager pleinement dans l’effort de guerre pour aider le gouvernement contre le péril allemand. Lorsque la guerre éclate, des femmes prodigues montent des associations caritatives prodiguant des soins médicaux. Elsie Inglis, jeune médecin originaire d’Écosse, essuie un refus gouvernemental de mettre sur pied un service ambulancier qui permettrait son engagement. Soudain, en 1915, les hommes partis au front manquent cruellement de munitions. Les femmes en uniforme ! Cela ne s’est jamais fait et porter une tenue semblable à la leur est un affront aux valeurs masculines. Mais l’une d’entre elles, Flora Sandes, fille d’un pasteur irlandais et bénévole de la Croix-Rouge, est reconnue en Angleterre. Elle s’engage dans la Ladies’ Nursing Yeomanry, un corps féminin infirmier, et dans un but humanitaire se porte volontaire pour un service ambulancier à la déclaration de guerre de l’Autriche contre la Serbie le 28 juillet 1914. Elle devient ainsi la première femme officier dans l’armée serbe et la seule Britannique enrôlée officiellement comme soldat dans la première guerre mondiale. Ce sont autant d’exemples… (…)

Genre : Documents Essais d’actualité

Éditeur : Marines, Rennes, France

 

Biographie de l’auteure :

   Qui êtes-vous ? !

Ayant travaillé longtemps dans le domaine de la défense, je suis une passionnée de l’Histoire militaire, en particulier de celle de la Grande-Bretagne. Je cherche à mettre en valeur les femmes qui ont servi leur pays en temps de guerre afin que leurs efforts ne tombent pas dans l’oubli ?

2) Quel est le thème central de ce livre ?

C’est le rôle de milliers de femmes de la Royal Air Force (RAF) de Grande-Bretagne, au cours des deux conflits mondiaux, en particulier la deuxième guerre mondiale… Dans cet épisode capital méconnu en France, des femmes de vingt ans ont contribué activement à l’effort vital de leur pays afin de sauver l’Europe de la barbarie hitlérienne. Après avoir sacrifié leur jeunesse pour un voyage vers l’inconnu, elles remplacent les hommes dans les états-majors et dans les escadrons britanniques, à travers une grande variété de métiers parfois très masculins, mais sans jamais avoir le droit de piloter les avions. Quelques unes seront même recrutées comme agents du Special Operations Executive (SOE) et connaîtront un destin tragique, alors que d’autres, civiles, deviendront à cause de la guerre des pilotes de l’Air Transport Auxiliary (ATA) pour convoyer les avions militaires aux escadrons de la RAF en première ligne.

Cet ouvrage rend hommage à toutes celles qui, par leur contribution essentielle, ont soutenu il y a quelques décennies les opérations aériennes à côté des hommes et qui, en partie grâce à leur ténacité, ont permis aux nouvelles générations de devenir enfin leurs égales dans la RAF d’aujourd’hui, c’est-à-dire piloter des avions de combat lors d’opération de guerre.

3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous?
« Elles n’étaient pas sur le front, pourtant d’une certaine façon elles ont fait partie des «forces combattantes». La devise Per Ardua Ad Astra n’est pas seulement appropriée aux aviateurs et aux avions, mais elle s’applique aussi à toutes les femmes, même plus tard dans la vie civile. Les étoiles viendront après ! »

4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ?

La Marche de la Royal Air Force (Central Band of the Royal Air Force).

5) Qu’aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ?

Le souvenir de ces femmes de guerre qui ont servi sous les couleurs de l’Union Jack et qui, par leur engagement vers la victoire et leurs sacrifices, ont pavé la voie à celles d’aujourd’hui, totalement intégrées dans la Royal Air Force (RAF) et devenues les égales des hommes au combat.

 

One Woman's War by Eileen Younghusband

One Woman’s War by Eileen Younghusband

Eileen Younghusband, une WAAF « Filterer », qui fut une des premières femmes à « écouter » le radar (qui venait de naître) et à filtrer les informations pour le plus grand profit de la RAF et de Winston Churchill.

Elle a aussi calculé en Belgique la trajectoire des V2 avec une simple règle à calcul afin d’orienter les escadrons de Mosquito pour aller bombarder les stations mobiles de V2 et de les détruire.

 One Woman’s War by Eileen Younghusband
(Winner of the People’s Book Prize)

The Second World War is dominated by heroic tales of men defending their country against a formidable enemy, but what about the women who also played their part in fighting for freedom?

Eileen Younghusband (91) was just 18 when she joined the Women’s Auxiliary Air Force (WAAF). She quickly demonstrated her keen intellect and mathematical skills, playing a crucial role in Fighter Command’s underground Filter Room. Working gruelling shifts under enormous pressure she and her companions worked tirelessly, tracking the swarms of enemy aircraft that sought to break the British resolve. She even had the dubious honour of detecting the first of Hitler’s devastating V2 rockets as it fell on an unsuspecting London.

This book gives a vivid insight into the life of a young woman facing the grim reality of war.

PS : Je remercie infiniment madame Geneviève MOULARD de la communication de ce lien. Je cite par ailleurs son excellent ouvrage  concernant les femmes de la Royal Air Force. Philippe Poisson


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search