5 novembre 1940 : Première manifestation de résistance à Toulouse

Plaque commémorative rue Alsace Lorraine à Toulouse

Plaque commémorative rue Alsace Lorraine à Toulouse

L’une des premières actions spectaculaires de résistance fut mise au point par des jeunes gens, membres des jeunesses communistes ou sympathisants. L’opération, très ingénieuse, visait à gâcher la première sortie officielle du maréchal Pétain.

Le 5 novembre 1940, le maréchal Pétain fait sa première visite officielle en zone dite libre depuis l’Armistice et choisit le Sud-Ouest et Toulouse. Le Maréchal est accueilli en « grandes pompes » par les autorités et les personnalités religieuses et politiques de la ville. C’est un événement majeur, les Toulousains sont venus en masse acclamer le « vainqueur de Verdun ».

Un petit groupe de jeunes gens, dont Angèle Del Rio, 18 ans, décident de faire un coup d’éclat pour protester et montent discrètement un stratagème très ingénieux. Ils élaborent des machines à projeter des tracts, avec un système à retardement, sorte de « tapettes » géantes au système inversé. Jean Bertrand, l’un des auteurs de ce stratagème, avait reproduit un système à retardement qu’il avait vu dans un film russe avant-guerre (Professeur Mamlock) : le déclenchement de la tapette était commandé par le poids de l’eau qui tombait goutte à goutte d’un récipient percé. De petits tracts artisanaux (appelant Maurice Thorez au pouvoir) furent ainsi projetés dans les airs depuis les toits de deux immeubles rue Alsace Lorraine et rue Duranti, laissant ainsi le temps aux jeunes de disparaître dans les rues.

Des centaines de petits tracts s’envolèrent au-dessus de la foule.

Le Maréchal Pétain ne se rendit probablement compte de rien, les préoccupations des Toulousains étaient bien loin de ce qu’évoquait le tract, mais l’action produit néanmoins son effet sur les pouvoirs officiels. Le préfet et la police menèrent toute une série d’investigations pour démasquer ceux qui avaient osé commettre cette action le jour précis où le maréchal honorait de sa présence la ville rose… 11 personnes furent arrêtées, parmi lesquelles la plupart des jeunes à l’origine de cette action.

Cet acte constitue la première manifestation de résistance à Toulouse, d’autant plus remarquable, qu’à cette époque, les communistes sont tenus de ne pas agir contre le régime de Vichy dans le cadre du pacte de non-agression germano-soviétique signé par Hitler et Staline en août 1939. (Mémorial François Verdier Forain Libération Sud.)


Vous aimerez aussi...