Affaire des faux monnayeurs de Saint-Maur (1938)

Renée Manche, Bourdin, Madeleine Borey, Frédéric Manche, Berthe Haerin, photomontage de 4 photos retouchées au crayon, bibliothèque Criminocorpus, collection Le Petit Parisien, ENAP-CRHCP/Criminocorpus

Renée Manche, Bourdin, Madeleine Borey, Frédéric Manche, Berthe Haerin, photomontage de 4 photos retouchées au crayon, bibliothèque Criminocorpus, collection Le Petit Parisien, ENAP-CRHCP/Criminocorpus

Ouvriers sertisseurs, graveurs, imprimeurs au chômage, « ingénieurs », « bandits internationaux » déguisés en étudiants étrangers, nombreuses sont les catégories de faux-monnayeurs dans l’entre-deux-guerres. À Paris particulièrement, les signalements de mise en circulation de fausses pièces de 10 et 20 francs sont courants, les arrestations et saisies de matériel de fabrication de contrefaçon sont nombreuses, ainsi que les condamnations pour falsification de monnaie. De la même manière, les colonnes des quotidiens généralistes et des hebdomadaires de faits divers criminels des années 20 et 30 abondent de récits d’arrestation et de procès de faux-monnayage. Iu en bandes, entreprises familiales travaillent dans des ateliers de contrefaçon de fortune. Les faux-monnayeurs de Saint-Maur, par exemple, opèrent en famille. Berthe Manche comparaît le 11 juillet 1939 aux assises de la Seine aux côtés de son mari Frédéric, de ses deux filles Renée et Madeleine Borey, et de Christian Bourdin, l’amant de cette dernière, imprimeur de métier et bénéficiaire de l’entreprise. Berthe Manche avait repris l’entreprise suite à l’arrestation de son gendre Roger Clergeot1, le mari de Madeleine, faussaire de la bande Clergeot-Olier arrêté début décembre 1936 par le commissaire principal Charles Badin, qui purge une peine de 7 ans de réclusion à la prison de Melun au moment de l’enquête. Les faux-monnayeurs de Saint-Maur sont arrêtés par le même commissaire Badin le 28 octobre 1938. C’est sur Christian Bourdin, récidiviste condamné pour vol, abus de confiance, attaque nocturne et cambriolage que tombe la peine la plus lourde : il est condamné à 7 ans de travaux forcés par les jurés de la Seine. Berthe Manche et Madeleine Borey, la femme Clergeot, sont condamnées à 5 ans de réclusion. Renée et Frédéric Manche sont acquittés.

Voir aussi :



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2022, 18 avril). Affaire des faux monnayeurs de Saint-Maur (1938). Criminocorpus. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/nds5

  1. voir Noël Pricot, « Les faux-monnayeurs », Détective, n° 424, 10 décembre 1936, p. 6-7, bibliothèque Criminocorpus, collection Détective []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search