Appel à projet de recherche « Valorisation du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire »

Contrôleur de ronde pour surveillants. © CRHCP-ENAP

Le laboratoire de recherche et d’innovation de la direction de l’administration pénitentiaire (ministère de la justice) lance un appel à projet de recherche concernant la valorisation du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire. Les attendus reposent sur la réalisation d’une étude scientifique et des contenus numériques mis en ligne dans le Musée d’histoire de la justice de Criminocorpus édité par le Centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (CLAMOR, UAR CNRS 3726).

Contexte

La circulaire du Premier ministre du 15 avril 2019 sur la gestion des biens culturels mobiliers d’intérêt public appartenant à l’État dans les administrations précise que chaque administration doit tenir un inventaire détaillé et exhaustif de l’ensemble des biens du domaine public mobilier présentant « un intérêt public du point de vue de l’histoire, de l’art, de l’archéologie, de la science ou de la technique » (article L. 212-1 du Code général de la propriété des personnes). À cet effet, le département des archives, de la documentation et du patrimoine (DADP) du secrétariat général du ministère de la Justice, via la mission du patrimoine mobilier, a organisé un inventoriage de tous les biens mobiliers conservés par les différentes directions du ministère de la Justice. Dans ce cadre, la direction de l’administration pénitentiaire (DAP), via le laboratoire de recherche et d’innovation (EX4), a réalisé un inventaire du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire auprès des neuf directions interrégionales des services pénitentiaires (DISP) et de l’école nationale d’administration pénitentiaire (ENAP). Cet inventaire répertorie le patrimoine mobilier de près de 47 établissements pénitentiaires ainsi que l’intégralité des fonds de la collection de l’espace pédagogique Pierre Cannat conservée à l’ENAP. Cette collection réunit la majeure partie des fonds de l’ancien musée national des prisons de Fontainebleau qui a fermé ses portes en 2009. Une autre partie de ces fonds est actuellement entreposée à la maison centrale de Clairvaux et son inventoriage, réalisé par une société privée, devrait être achevé à l’automne 2022.
Objectif

Cette opération d’inventoriage vise à connaître et à sauvegarder le patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire. Suite à cette opération, la DAP souhaite désormais le valoriser à travers le financement d’une étude consacrée à l’histoire du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire. Ce faisant, cette étude se déclinera sous la forme de trois attendus. Il s’agira en premier lieu de réaliser une étude historique du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire qui visera, notamment, à mieux comprendre l’évolution des pratiques professionnelles des personnels pénitentiaires et du régime carcéral des personnes détenues du XIXe au XXe siècles. Ce matériau permettra ensuite la rédaction d’un « beau livre » qui s’appuiera sur un grand nombre de photographies du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire. Il permettra également la réalisation d’une exposition virtuelle dédiée au patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire visible en ligne dans le musée d’histoire de la justice, du crime et des peines de Criminocorpus. Elle permettra enfin d’alimenter la base de données HUGO, patrimoine des lieux de justice, qui est un espace collaboratif dédié à l’histoire de la justice et qui est visible également en ligne dans le musée d’histoire de la justice, du crime et des peines de Criminocorpus.

Descriptif

Afin de valoriser l’inventoriage du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire réalisé par le laboratoire de recherche et d’innovation de la DAP, les DISP et l’ENAP, la DAP propose de réaliser une étude historique sur ce patrimoine qui permettra respectivement de :

Réaliser un « beau livre » présentant l’histoire du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire reposant sur des photographies d’une sélection d’objets recensés dans des établissements pénitentiaires ou à l’ENAP ;
Réaliser une exposition virtuelle présentant le patrimoine de l’administration pénitentiaire visible en ligne dans le Musée d’histoire de la justice, du crime et des peines de Criminocorpus ;
Réaliser des fiches d’objets patrimoniaux destinées à alimenter la base de données HUGO. Patrimoine des lieux de justice visible en ligne dans le musée d’histoire de la justice, du crime et des peines de Criminocorpus ;
Réaliser un Cahier d’études pénitentiaires et criminologiques qui présentera une synthèse de l’étude historique sur le patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire. Ce Cahier sera disponible en ligne sur le site du ministère de la Justice ;
Présenter les résultats de cette étude dans le cadre d’une séance du Forum de DAP organisée au ministère de la Justice.

Destinataires

Les destinataires de ces différents attendus sont la DAP, le DADP, le centre pour les humanités numériques et l’histoire de la justice (CLAMOR, UAR CNRS 3726), l’ENAP, les DISP, les agents de l’administration pénitentiaire, les étudiants, les enseignants-chercheurs, les conservateurs du patrimoine et, plus largement, le public intéressé par la thématique du patrimoine carcéral.

Qualités des attendus

L’étude historique s’appuiera sur l’inventaire du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire qui sera fourni par le laboratoire de recherche et d’innovation de la DAP. Le patrimoine recensé intéresse différents domaines du patrimoine culturel et embrasse des supports éclectiques : peinture, sculpture, arts graphiques (dessin, estampes, gravures…), photographie, éléments d’architecture, art mural (graffs/graffitis), documents (archives, livres, manuscrits, brochures, imprimés, cartes et plans, affiches…), mobilier, armement, uniformes, vêtements, symbolique, objets liturgiques et religieux, objets scientifiques (instruments de mesures, matériel anthropométrique, etc.…), objets techniques (machines, outils, etc.), objets propres à l’histoire pénitentiaire (objets fabriqués par des détenus ou des personnels), objets de la vie quotidienne, etc. Cet inventaire se décline sous la forme de plusieurs fichiers Excel qui recensent des objets patrimoniaux dans un établissement pénitentiaire donné et à l’ENAP. Les entrées renseignées sont les suivantes : n°d’ordre ; n°d’inventaire ; domaine ; dénomination ; titre ; matériaux/techniques ; mesures ; auteur ; datation ; localisation du bien ; état du bien ; date du récolement ; et agent récoleur. Ces inventaires s’accompagnent des photographies des objets décrits.

L’étude devra comprendre une introduction qui présentera clairement son objet, sa problématique et son plan. Son développement permettra de présenter l’histoire du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire à travers, notamment, l’évolution des pratiques et des techniques professionnelles des agents et des conditions d’incarcération des personnes détenues du XIXe au XXe siècle. Elle comprendra également une conclusion qui, outre une synthèse, offrira des recommandations aux agents afin de les sensibiliser à la conservation du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire et à sa sauvegarde.

Cette étude servira de matériau pour la réalisation d’un « bel ouvrage » qui présentera, à destination d’un public plus large, le patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire. Cet ouvrage sera illustré par des photographies du patrimoine mobilier issues des établissements pénitentiaires et de l’ENAP. Il sera publié par le ministère de la Justice.

Cette étude servira également de matériau pour la réalisation d’une visite virtuelle visible dans le musée d’histoire de la justice, du crime et des peines de Criminocorpus. Cette exposition constituera une synthèse de l’étude et s’articulera autour de 50 vignettes numériques constituées d’une image et d’un texte. Elle sera mise en ligne par l’équipe du CLAMOR.

Cette étude servira également de matériau pour la réalisation de fiches d’objets issus du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire qui alimenteront la base de données HUGO. Patrimoine des lieux de justice. Ces fiches seront mises en ligne par l’équipe du CLAMOR.

Les résultats de cette étude seront également valorisés sous la forme d’un Cahier d’études pénitentiaires et criminologiques qui constituera une synthèse. Celle-ci devra, ici-aussi, formuler des recommandations à l’endroit des agents de l’administration pénitentiaire afin de les sensibiliser à la valorisation et à la sauvegarde de leur patrimoine. Ils seront également valorisés sous la forme d’un Forum de la DAP ou le ou les auteurs de cette étude présenteront les principaux résultats de leur étude aux agents et échangeront avec des professionnels.

Structure porteuse de projet

Laboratoire de recherche et d’innovation de la DAP (EX4).

Comité de pilotage

Ivan Gombert, chef du laboratoire de recherche et d’innovation (EX4)
Aurélie Fillod-Chaubaud, adjointe au chef du laboratoire de recherche et d’innovation (EX4)
Ghislain Gabalda, chef de section innovations sociales du laboratoire de recherche et d’innovation (EX4)
Antoine Meissonnier, chef du DADP
Thomas Deshayes, chef de la mission patrimoine du DADP
Paul M’Banzoulou, directeur de la recherche, de la documentation et des relations internationales de l’ENAP
Jack Garçon, chef d’unité du Centre de ressources sur l’histoire du crime et des peines de l’ENAP
Marc Renneville, directeur du CLAMOR
Sophie Victorien, responsable des nouveaux projets numériques du CLAMOR

Chef de projet

Jean-Lucien Sanchez, chargé d’études en histoire du laboratoire de recherche et d’innovation (EX4).

Financement

Le financement est assuré à hauteur de 20 000 euros pour 12 mois par le laboratoire de recherche et d’innovation.
Calendrier prévisionnel

Septembre 2022 : sélection des candidatures et désignation du porteur de projet ;
Décembre 2022 : organisation du premier COPIL de suivi de l’étude ;
Mars 2023 : organisation du second COPIL de suivi de l’étude ;
Juin 2023 : organisation du troisième COPIL de suivi de l’étude ;
Septembre 2023 : remise de l’étude, du manuscrit de l’ouvrage et du Cahier d’études pénitentiaires et criminologiques ;
Octobre 2023 : remise de l’exposition virtuelle ;
Novembre 2023 : remise des fiches objets pour la base de données HUGO. Patrimoine des lieux de justice ;
Décembre 2023 : présentation des résultats de l’étude dans le cadre d’un Forum de la DAP ;
Courant 2024 : publication de l’ouvrage par le ministère de la Justice.

Modalités de candidature
Le dossier est à envoyer avant le 27 juin 2022

à l’adresse suivante : Ministère de la Justice, direction de l’administration pénitentiaire, Laboratoire de recherche et d’innovation, 13 place Vendôme, 75042 Paris Cedex 01.

Modalités de sélection
Le comité de pilotage examinera les candidatures selon les critères suivants :

Clarté et faisabilité du projet ;
Respect du calendrier fixé ;
Respect du budget fixé ;
Concordance avec les attendus de l’appel à projets (rédaction d’une étude publiable ; réalisation d’une exposition virtuelle et de fiches d’objets pour la base HUGO. Patrimoine des lieux de justice ; rédaction d’un Cahier d’études pénitentiaire et criminologiques ; participation à un Forum de la DAP).
Rédaction de recommandations aux agents de l’administration pénitentiaire afin de les sensibiliser à la conservation du patrimoine mobilier de l’administration pénitentiaire et à sa sauvegarde.

Date limite de candidature : lundi 27 juin 2022

Contact

Jean-Lucien Sanchez
courriel : Jean-Lucien.Sanchez[at]justice.gouv.fr


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search