Procès criminel contre Chevalier, dit Poulailler (1784)

Jean Chevalier, dit Poulailler, illustration issue de Détective, tome 438, 1937, Musée Criminocorpus

Jean Chevalier, dit Poulailler, illustration issue de Détective, tome 438, 1937, Musée Criminocorpus

Ce document conservé aux Archives nationales et mis en ligne dans la collection Justice et police avant 1789 de la Bibliothèque de Criminocorpus est une source importante pour l’histoire de la justice d’Ancien Régime car il s’agit du procès du brigand Jean Chevalier dit Poulailler, le quatrième et dernier célèbre brigand parisien après l’affaire Cartouche – roué vif en place de Grève à Paris le 28 novembre 1721 – et les affaires des bandes Nivet (1728-1729) et Raffiat (1731-1733). Arrêté par la maréchaussée en novembre 1785 près d’Essonne, exécuté en juillet 1786, Poulailler est à la tête d’une petite bande de cambrioleurs de nuit (probablement au nombre de cinq) qui opèrent dans les campagnes du sud-est de Paris.

Il est intéressant de mettre en regard le procès publié ici, qui rend compte du caractère ordinaire des crimes de Poulailler, et sa réputation héroïque et vertueuse propagée dans la capitale durant les deux années précédant son exécution. Patrice Peveri1 relève en effet quatre occurrences de références à l’affaire Poulailler dans le journal de Hardy2, rumeurs reportées sur ses « méfaits réels et imaginaires », évocation de son procès et de son arrestation, comprises entre fin septembre 1784 et début juillet 1786. En réalité, seulement une dizaine de crimes sont retenus contre lui, et il s’agit de vols nocturnes sans violence. Le document reproduit ici contient la procédure au Parlement de Paris qui reprend les anciens procès entrepris contre Chevalier et 5 de ses complices  au Châtelet, à la prévôté de Corbeil et au bailliage de Meaux.

Voir aussi le récit romanesque des méfaits de Poulailler :
Emmanuel Car, « Un génie du crime. Poulailler, terreur de la police », Détective, tome 438, 1937, Musée Criminocorpus.

  1. Patrice Peveri, « De cartouche à Poulailler : l’héroïsation du bandit dans le Paris du XVIIIe siècle » in Claude Gauvard et Jean-Louis Robert (dir.), Être Parisien, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2004. []
  2. Siméon Prosper Hardy, libraire parisien, a rédigé ses Loisirs, ou Journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connoissance entre 1753 et octobre 1789. Véritables chroniques de la vie parisienne pendant la fin du règne de Louis XV et sous le règne de Louis XVI, le journal de Hardy constitue une source précieuse pour l’histoire du second XVIIIe siècle. Pour le consulter, nous renvoyons au projet d’édition en ligne Le journal de Hardy, 1753-1789 sous la direction de Pascal Bastien, Sabine Juratic et Daniel Roche. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search