Les crimes de Pont-à-Mousson (1889)

Complainte sur Dauga, texte de Jean Etchepare, 1890, reprod. BnF, Complaintes Criminelles en France (1870-1940), base de données en ligne sur Criminocorpus, réalisée par Jean-François "Maxou" Heintzen

Complainte sur Dauga, texte de Jean Etchepare, 1890, reprod. BnF, Complaintes Criminelles en France (1870-1940), base de données en ligne sur Criminocorpus, réalisée par Jean-François “Maxou” Heintzen

Jean Dauga, appelé « l’homme à la pèlerine », est condamné à mort le 2 décembre 1889 par la cour d’assises de Nancy et guillotiné le 23 janvier 1890. Employé en imprimerie originaire de Larée, près de Cazaubon dans le Gers, Jean Dauga devient gendarme dans les Vosges après son service militaire. Il revient dans le Gers en avril 1881 lors d’une permission. Le 28 octobre 1881, il est acquitté par les assises du Gers pour deux assassinats : celui d’un ami à lui, Jean Dutruc, tué d’un coup de trident le 3 octobre 1869 au moulin de Larée, et celui de la veuve Courrèges dont la tête a été fracassée à coups de marteau le 13 avril 1881 à un kilomètre de Larée. Jean Dauga devient imprimeur à son retour dans les Vosges. Le 27 avril 1887 à Golbey (Vosges), les époux Pernod sont retrouvés assassinés le crâne fracassé à coups de marteau et la gorge tranchée au rasoir. Le 15 mars 1888, ce sont les époux Martin, buralistes à Saint-Nabord, qui sont retrouvés assassinés de la même manière. Suivront, à Pont-à-Mousson, le massacre des époux Sulzer, drapiers, le 18 décembre 1888, l’assassinat de Mme Ferry le 5 février 1889 et, deux jours après, celui de la veuve François le 7 février 1889. Le motif du meurtre est toujours le vol. Jean Dauga clamera son innocence jusqu’à l’échafaud. Les crimes de Pont-à-Mousson ont largement retenti dans la presse (jusqu’aux États-Unis), se démarquant des autres homicides par leur caractère systématique et sériel. L’engouement populaire pour l’affaire Dauga s’est fait particulièrement ressentir le jour de son exécution, mais on peut lire ces quelques lignes anecdotiques dans les notes de son exécuteur Louis Deibler : « Exécution sans histoire devant la prison : presque personne n’y assiste, les gens (près de 2 000 personnes) étant allés à tort devant le cimetière du Sud. »1

Trois complaintes criminelles sur les crimes de Pont-à-Mousson sont à découvrir dans la base de données de Jean-François “Maxou” Heintzen sur les Complaintes Criminelles en France (1870-1940)

Voir aussi la présentation vidéo de l’affaire :

Meurtres à la une : les crimes de Pont-à-Mousson

Pour aller plus loin :

Jean-François “Maxou” Heintzen et Sophie Victorien (dir.), Actes du colloque : Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corpus méconnu, Revue Criminocorpus, 2021.

  1. Source : La veuve guillotine. Palmarès des exécutions capitales : 1871-1977 [en ligne] []

Vous aimerez aussi...