Chanter le crime. Canards sanglants et complaintes tragiques. Rencontre littéraire et musicale avec Jean-François « Maxou » Heintzen

A l’occasion de la parution de son ouvrage aux éditions Bleu autour, Maxou Heintzen viendra, avec sa vielle en bandoulière, chanter quelques complaintes criminelles sous la baguette du préfacier Jean Lebrun, historien et producteur à France Inter, le 21 mai  prochain à L’Ours et La Vieille Grille, 9 rue Larrey, Paris 5ème. C’est à 19h30 et il est vivement conseillé de réserver auprès de L’Ours et La Vieille Grille !

 

Présentation de l’ouvrage :

Sortie en librairie le 22 avril.
La complainte criminelle – reproduite sur une feuille illustrée, ou « canard sanglant » – narrait un fait divers marquant sur un air connu.
Après son âge d’or de 1870 à 1940, elle s’est effacée derrière la radio et la télévision. Écrite par des auteurs le plus souvent anonymes et interprétée à voix nue par ses colporteurs, elle exprimait l’horreur des crimes du temps pour mieux la mettre à distance.
Pionnier, l’ouvrage donne à lire, voir et entendre cette production populaire, foisonnante et méconnue. En même temps qu’il décrit son histoire, il éclaire d’un nouveau jour maintes affaires, oubliées ou non : Landru, Violette Nozière, Dreyfus, Stavisky… Et, à l’heure des réseaux sociaux, il donne à réfléchir sur la médiatisation du fait divers qui n’est plus chanté en plein vent.

Deux films sonores, via une clé USB encartée dans le premier rabat de couverture, accompagnent et prolongent cet ouvrage :
• Conter le crime, une libre interprétation contemporaine des complaintes criminelles servie par les talents de comédiens, chanteurs et musiciens : Olivier Perrier et Monique Brun, Yannick Guilloux, Mathilde Paris, Roland Brou, Patrick Couton, , Riton la Manivelle et Arnaud Moyencourt, dit « le facteur ».
dialogue avec Yannick Guilloux. L’entretien proposé réunit l’auteur du livre, , et Yannick Guilloux, docteure en littérature, professeure de Lettres, chanteuse et spécialiste des répertoires populaires du Centre de la France. Leur dialogue est émaillé de chants interprétés par Monique Brun, Roland Brou, Patrick Couton et par eux-mêmes ; on entend également Patrick Couton, à la guitare et à la autoharpe, et à la vielle.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search