« La souris ne peut pas jouer avec le chat ». Marc Christin, un écrivain à l’asile (Cery, vers 1900) (Article de Marco Cicchini)

« […] Le docteur mit la main sur un petit tas de lettres bizarres, de ces lettres incohérentes que les malades remettent chaque jour au médecin en lui recommandant de les expédier. Lettres inutiles et preuves irréfutables de démence et d’hallucinations. Au retour de ses visites, il avait l’habitude de les jeter sur son buvard ; et, maintenant, il les retrouvait éparses. L’idée d’en lire quelques-unes lui fit ouvrir la première ».

Publiée en 1905 dans Les Évincés : pages vécues, cette description du regard porté par les psychiatres sur les écrits des fous à l’asile témoigne de la vitalité d’une pratique médicale. La même année, le psychiatre français Joseph Rogues de Fursac consacre une monographie substantielle à l’écriture asilaire à laquelle fait bientôt écho la publication du livre phare de Marcel Réja L’Art chez les fous. De manière croissante depuis les années 1830, les traités sur l’aliénation mentale ou les essais de médecine légale se passionnent pour « l’expression des fous ». Forts de l’expérience acquise dans les asiles, les plus grands aliénistes du XIXe siècle s’attachent à commenter les textes de leurs malades qu’ils citent parfois abondamment dans leurs propres écrits. Pour les médecins spécialistes, de François Leuret à Max-Pierre Simon, la graphie, la syntaxe, la forme et le contenu des écrits des fous ont une valeur sémiologique irremplaçable. Lire les aliénés, en effet, s’impose quand le diagnostic se dérobe à l’examen direct, car beaucoup d’entre eux « écrivent très volontiers et trahissent plus facilement le trouble de leur esprit dans leurs lettres que dans leurs conversations ». Afin de « pénétrer [le] cerveau malade », il peut être nécessaire de mettre à disposition des patients « du papier, des plumes et de l’encre ». Comme le résume l’aliéniste Louis-Victor Marcé en 1864, les « documents écrits provenant d’aliénés confirment ou révèlent à eux seuls l’existence du délire ». Mais à l’inverse, tient-il à préciser, les écrits raisonnables ne prouvent pas toujours l’absence de folie.

Après que la parole des fous a été pendant des siècles exclue et ignorée, l’auteur des Évincés évoque ainsi une tradition médicale désormais toute équipée de son « armature de savoir » issue de l’institution psychiatrique. Toutefois, la scène rapportée ici est inédite sur un point essentiel. Derrière le narrateur désabusé évoquant ces lettres « bizarres », « incohérentes », « inutiles et preuves irréfutables de démence et d’hallucinations » ne se cache pas un psychiatre aguerri, mais un individu réputé aliéné reclus à l’asile. Dans cet « écrit parfaitement raisonnable » dirait Marcé, un interné pour cause de maladie mentale raconte comment les textes de ses propres compagnons d’infortune sont lus par les médecins qui les traitent(…)

Lire la suite de l’article de Marco Cicchini dans le dossier Écrits de l’enfermement en Suisse (XIXe-XXe siècles) publié dans la revue Criminocorpus.

 


Résumé de l’article en anglais. English Abstract

In 1905, Les Évincés, the first book about the Cery asylum, was published in Lausanne under a pseudonym. The account is intended to be a faithful testimony of the experiences of this madhouse in French-speaking Switzerland. With the help of judicial and medical files, this article analyses the conditions of production of a singular publication in the history of asylums, even though it has now been completely forgotten. The first part of the article traces the biography of its author: an asylum patient, Marc Christin is a writer who has suffered numerous criminal convictions, before being established as a case study in “constitutional psychopathy”. The second part of the article contextualizes the writing of the book, by studying the economy of the therapeutic and affective relationship that Christin had with Dr Albert Mahaim, director of Cery, as well as the asymmetry of their power relations. At a time when Vaud psychiatry is striving for penal and social reform, the publication of Les Évincés exemplifies the dialectic between forced confinement and the work of the writer who is supposed to demonstrate his autonomy in spite of his confinement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search