Chanter le crime. Canards sanglants et complaintes tragiques. Jean-François “Maxou” Heintzen (compte rendu)

« Ainsi que l’expose l’auteur, cet ouvrage volumineux « souhaite tirer de l’oubli » une forme chantée originale, disparue il y a moins d’un siècle en France et pour partie oubliée. Il s’agit de la complainte criminelle, récit populaire chanté et éphémère, narrant un fait divers d’actualité criminelle sur un air connu. Les lecteurs de Criminocorpus connaissent déjà un peu l’affaire. Notre revue a mis en ligne en 2021 les actes d’un colloque international sur le sujet et le musée Criminocorpus propose depuis 2017 une base de données géolocalisées contenant, au moment de ce compte rendu, le signalement descriptif de plus de 1200 complaintes. Or, ce qu’il faut souligner d’emblée, c’est que ces réalisations ont vu le jour au CLAMOR grâce à la coopération enthousiaste de Jean-François « Maxou » Heintzen qui, sans avoir suivi une carrière académique d’historien, en possède depuis longtemps toutes les qualités.

Chercheur d’archives, dénicheur de sources, collectionneur aussi, musicien et autrefois enseignant en mathématiques, notre collègue a patiemment collecté un vaste corpus de complaintes sur une période – XIXe-XXe siècles – que l’on peut qualifier de tardive, eu égard à l’ancienneté du genre. Son livre reflète cet intérêt centré sur ce dernier temps des complaintes, que l’historiographie avait jugé trop rapidement comme une période de marginalisation et de déclin au profit d’une presse conquérante faisant la part belle au récit criminel. Chanter le crime nous invite à reconsidérer cette évolution. Il démontre en effet combien le genre est encore bien présent sous la Troisième République dans l’espace public, tant dans les villes que dans les campagnes, combien il est créatif et remplit une fonction sociale de diffusion de l’actualité du fait divers marquée par une mise en concurrence mais aussi de fortes interactions avec la presse quotidienne(…) »

 

Lire la suite du compte rendu de l’ouvrage de J-F “Maxou” Heintzen proposé par Marc Renneville dans la revue Criminocorpus… et découvrez la dernière complainte à ce sujet !

Référence de l’ouvrage : Jean-François “Maxou” Heintzen, Chanter le crime. Canards sanglants et complaintes tragiques, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Éditions Bleu autour, 2022. Préface Jean Lebrun. Postface François Colombet, 672 p.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search