De fortes femmes au début du XVIIe siècle d’après les procédures contre la veuve Charpentier et ses filles dans la prévôté de Nancy en 1615, chapardeuses, abuseresses et débauchées

À partir de sources issues des archives départementales de Meurthe-et-Moselle (B 3716), Antoine Follain propose une transcription annotée de la tentative du corps de Ville de Nancy pour expulser des femmes de mauvaise vie, relayée par la justice ducale ainsi qu’une présentation de ce document dans la revue Criminocorpus (dossier Les sources de la recherche).

«  À cette époque Nancy compte plus de dix mille habitants. La ville est caractérisée depuis 1590 par une extension décidée sous le règne du duc Charles III, qui a chargé l’architecte italien Girolamo Citoni de concevoir une « nouvelle ville » au sud de la vieille, avec des rues larges et droites selon un plan hippodamien en vogue à la Renaissance, sauf pour la rue Saint-Nicolas qui traversait l’ancien faubourg et garde son tracé. Le plan a entraîné la destruction du faubourg Saint-Dizier dont les habitants ont été dotés de parcelles dans la Ville-Neuve où ils se sont installés dans des conditions dégradées. Des fortifications bastionnées protègent l’ensemble, dont les deux parties communiquent par une esplanade et deux portes fortifiées. Nancy est donc une ville moyenne qui devient plus grande et dont la population se gonfle d’habitants issus des petites villes et des campagnes. De plus, Nancy a les attributs politiques et judiciaires les plus importants de tout le duché.

Un conseil de Ville soucieux de l’ordre moral

En 1615, le conseil de Ville s’en prend à onze femmes seules, auxquelles est donné l’ordre de quitter la ville et il en menace sept autres, trois mariées et quatre isolées. Curieusement, l’ordonnance n’en donne pas les raisons pour les premières et enjoint aux suivantes « q[u’]elles ayent à se comporter doresnavant en sorte que n’en arrive plus de plainte » (pc.1 f°1r.). Le fond de l’affaire transparaît dans certaines réponses rapportées par les sergents : « laquelle a faict responce qu’elle s’a tousjours comporté vertueusement », une autre « qu’elle n’avoit jamais faict aulcun act déshonneste » ou encore « qu’elle s’avoit tousjours comporté comme femme de bien doit f[air]e » (pc.1 f°2v.). Les rapports parlent encore d’une certaine femme sorcière et maquerelle et de ses filles putains et voleuses (pc.1 f°2r.) et d’une information contre elle, prévenue « de sortilège et macrelage et sesdictes deux filles de larcin, vie impudicque et scandaleuse » (pc.3 f°5r.)(…) »

Lire la suite de l’article d’Antoine Follain présentant la transcription annotée du procès dans la revue Criminocorpus.

Accéder à la transcription annotée dans la collection Justice et police avant 1789 du musée Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.