L’évasion de Saugnier (Le For-l’Évêque, 1781)

Le document présenté dans ce billet, issu de la collection La prison dans tous ses éclats proposée par Sophie Abdela, est une reproduction du procès-verbal de l’évasion d’un nommé Saugnier, détenu à la prison parisienne du For-L’Évêque. Rédigé en 1781 par le commissaire Louis Michel Delaporte, conseiller du roi et commissaire au Châtelet de Paris, on peut y lire à la deuxième page que l’on a trouvé dans la chambre de l’évadé « une scie à main à manche de bois de la longueur d’environ quinze à dix-huit pouces propre à scier la pierre »1.

Comme la Conciergerie et les deux Châtelets, le For-l’Évêque fait partie des geôles « pré-pénales » de la capitale. Sophie Abdela2 analyse les pratiques d’enfermement des prisons parisiennes de l’époque moderne, prisons poreuses puisque situées au cœur de la ville sans séparation physique des échoppes, boutiques, et logements. C’est notamment à travers les récits d’évasion consignés dans des procès-verbaux que sont étudiés les usages des lieux d’enfermement à Paris et les relations entre guichetiers, détenus et complices extérieurs du voisinage.

Située entre le 16 quai de la Mégisserie et le 19 rue Saint-Germain-l’Auxerrois actuels, le For-L’Êvêque est bâti comme prison du palais épiscopal en 1160 par le premier évêque de Paris Maurice de Sully. Il devient une prison royale rattachée au Châtelet de 1674 à 1780, suite à la suppression de la juridiction épiscopale par Louis XIV. Elle y accueille à cette période entre 200 et 250 individus dont des dettiers et des prévenus avant leur jugement et leur transfert, et toute personne ayant contrarié un proche du Roi et de son autorité, sur simple lettre de cachet et sans jugement. L’évasion de Saugnier a lieu peu de temps avant la fin du For-l’Evêque, puisque les travaux de démolition – pour vétusté – débutent en 1782. Les derniers cachots seront comblés en 1793.



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2022, 4 juillet). L’évasion de Saugnier (Le For-l’Évêque, 1781). Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndsr

  1. Archives nationales, Y 12201 178, Série Châtelet de Paris et prévôté d’Île-de-France []
  2. Voir Sophie Abdela, « Les fournisseurs des prisons de Paris (1700-1789) : de partenaires économiques à réformateurs ? », Criminocorpus [En ligne], Varia, mis en ligne le 19 décembre 2017 ;  Sophie Abdela, La prison parisienne au XVIIIe siècle. Formes et réformes, ainsi que le compte-rendu de Natalia Muchnik, « Sophie Abdela, La prison parisienne au XVIIIe siècle. Formes et réformes, Paris, Champ Vallon, 2019 », Socio [En ligne], n°14, 2020, p. 127-128. []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search