Affaire Steinheil ou le double assassinat de l’impasse Ronsin (1908)

Affaire Steinheil. Mariette Wolff. "Une bonne domestque doit tout voir et ne rien dire", croquis de Paul Renouard, Collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

Affaire Steinheil. Mariette Wolff. “Une bonne domestque doit tout voir et ne rien dire”, croquis de Paul Renouard, Collection Philippe Zoummeroff/Criminocorpus

Si en 1869 l’affaire Troppmann « inaugure l’ère du fait divers dans la presse »1, l’affaire Steinheil en marque certainement son apogée tant elle a marqué la société française de la « Belle Époque ». En effet, l’affaire de l’impasse Ronsin a largement occupé les colonnes des grands journaux, depuis la découverte du double homicide jusqu’à la fin du procès le 14 novembre 1909.

Le 31 mai 1908, le valet de chambre Rémi Couillard découvre le peintre Adolphe Steinheil et sa belle-mère, Mme veuve Japy, morts étranglés dans leur hôtel particulier au 6bis impasse Ronsin dans le quartier de Vaugirard à Paris. La troisième victime, Marguerite Jeanne Japy, l’épouse d’Adolphe Steinheil, dite Meg, est retrouvée bâillonnée et ligotée sur un lit. Cette dernière est connue dans le monde artistique et littéraire parisien, mais elle est connue plus largement des Français pour avoir été la maîtresse du président Félix Faure, lequel est mort dans ses bras le 16 février 1899.

Interrogée, Marguerite Steinheil désigne comme coupables quatre malfaiteurs habillés en noir, trois hommes et une femme, qui se seraient introduits dans la maison pour rechercher des documents secrets en rapport avec l’affaire Dreyfus. Or, aucune trace ni d’escalade ni d’effraction n’est constatée. Interrogée à nouveau, Marguerite Steinheil accuse d’autres personnes, s’auto-accuse, puis se rétracte. Soupçonnée du double homicide depuis sa découverte, elle est finalement arrêtée le 26 novembre 1908, puis incarcérée à la prison pour femmes de Saint-Lazare pour 300 jours. Elle est relâchée et son procès s’ouvre le 3 novembre 1909. Le procès mène à l’acquittement de toutes les charges qui pèsent contre elle. Suite au procès, elle part vivre en Angleterre (où elle finira ses jours) sous le nom de madame de Sérignac.

Nous proposons dans ce billet de découvrir l’affaire Steinheil à travers les croquis d’audience réalisés par Paul Renouard, Louis Sabattier et Georges Scott.

Voir aussi dans la bibliothèque Criminocorpus :

Voir aussi, à titre d’exemples, les complaintes suivantes, parmi les quelque trente complaintes consacrées à l’affaire Steinheil sur la base de données Complaintes criminelles en France, 1870-1940 :

 

  1. Compte rendu de Jean-Marc Berlière, “Dominique Kalifa, L’encre et le sang. Récits de crime à la Belle Époque“, Revue d’histoire moderne et contemporaine, tome 45-4, oct.-déc. 1998. p. 864-866. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search