Mourir d’amour. Autopsie d’un imaginaire criminel. Jacqueline Carroy, Marc Renneville, (compte rendu)

« Jacqueline Carroy, spécialiste de l’histoire de la psychologie, et Marc Renneville, que Criminocorpus ne présente plus, se lancent dans une passionnante enquête : celle des méandres psychologiques d’un crime dans l’ouvrage Mourir d’amour. Autopsie d’un imaginaire criminel. Le fait divers est spectaculaire : il s’agit selon l’angle de vue soit d’un double suicide partiellement raté, soit d’un cynique et sexiste crime parfait. En effet la femme meurt, l’homme survit. Suicide d’amour ou féminicide ? La question est sous-jacente à chaque page. Cet ouvrage s’inscrit dans un questionnement très actuel sur les violences de genre, sur le féminicide, et ouvre un champ de recherche encore inexploité sur le double suicide.

L’introduction de l’ouvrage (p.5-18) présente l’approche épistémologique adoptée. Les sources judiciaires et littéraires mobilisées pour dresser cette enquête sont exposées, rappelant ainsi aux lecteurs et lectrices qui lisent l’enquête comme un roman, que la rigueur scientifique et méthodologique est inhérente au propos. La démarche de micro-histoire judiciaire est posée. L’affaire sera passée au crible de l’analyse juridique, historique et littéraire.

L’ouvrage est construit en 9 chapitres thématiques et chronologiques. Alternent dans ces chapitres des données factuelles relatives à l’affaire1, des analyses jurisprudentielles et doctrinales, des études des retombées médiatiques, des analyses des romans publiés et le décryptage des études scientifiques. Au milieu de l’ouvrage, quelques pages illustrées avec des photographies du lieu du drame, des protagonistes, des couvertures des romans étudiés, du tableau célèbre de Gervex, d’extraits de presse… sont particulièrement appréciables. À la fin de l’ouvrage une chronologie permet utilement de retracer l’ensemble des éléments évoqués.

4La célébrité du procès s’explique d’abord par le lieu du crime : il a lieu dans l’Algérie coloniale de la fin du XIXe siècle, à Constantine, lieu de l’audience, ou plus exactement à Sidi-Mabrouk, espace qui ajoute à ce scandale un parfum d’exotisme. Ensuite par le contexte littéraire : à la fin du XIXe siècle, les grands procès littéraires (Flaubert, Baudelaire) tentent de censurer des œuvres perçues comme subversives ; or le meurtrier/survivant (selon le point de vue) se pique d’être auteur littéraire, il est soutenu par des amis écrivains parisiens qui le portent aux nues, voire font l’apologie de son geste. Enfin et surtout par le crime lui-même mêlant sexe et sang dans une scène macabre lubrique : la femme nue jusqu’à la ceinture sur le lit avec une balle dans la tête et l’homme ensanglanté (…). »

Lire la suite du compte rendu proposé par Hélène Duffuler-Viale dans la revue Criminocorpus.

Référence de l’ouvrage : Jacqueline Carroy, Marc Renneville, Mourir d’amour. Autopsie d’un imaginaire criminel, Paris, La Découverte, 2022, 316 p.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2022, 4 juillet). Mourir d’amour. Autopsie d’un imaginaire criminel. Jacqueline Carroy, Marc Renneville, (compte rendu). Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndss

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search