Les murs de Fresnes, Henri Calet. Compte rendu d’ouvrage (Cédric Audibert)

« Revêtu d’une couverture cartonnée de couleur rose, l’ouvrage intitulé Les murs de Fresnes d’Henri Calet fait peau neuve. Publié pour la première fois en 1945, réédité en 1993, ce livre susceptible d’intéresser un large public est avant tout un plaidoyer pour l’histoire. Il se lit comme une enquête journalistique réalisée après-guerre à partir de graffitis collectés dans les cellules des prisonniers. Journaliste à Combat, Henri Calet entend faire raisonner leurs voix en luttant contre l’oubli. Il se livre alors à un véritable plaidoyer pour la vie. C’est donc en quelque sorte pour empêcher cette seconde mort qu’il veut agir vite. Avec le temps, il le sait, les graffitis risquent de se détériorer, peut-être même disparaître. En effet, à la Libération, les collaborateurs ont désormais pris la place des résistants et des opposants au nazisme. En écrivant à leur tour sur les murs des cellules, ces nouveaux occupants pourraient effacer les traces laissées par leurs prédécesseurs.

L’étude rend compte d’expériences plurielles de l’enfermement dans une prison parisienne sous l’Occupation à partir de témoignages laissés en son sein par les pensionnaires. Mais de son travail, Henri Calet ne dit rien ou peu de choses. Seuls quelques maigres indices laissés çà et là dans le texte permettent de l’imaginer. S’il a effectivement pu pénétrer dans l’enceinte de Fresnes pour enregistrer les mots de prisonniers, il a aussi eu accès à des photographies compilées dans un fichier mis à sa disposition par le ministère des Prisonniers de Guerre, Déportés et Réfugiés. Parmi les nombreuses inscriptions relevées sur les murs de Fresnes, le lecteur découvre des femmes et des hommes face à l’adversité, parfois en proie à la souffrance. Au fil des pages, les messages s’enchaînent à un rythme effréné. On y découvre qu’« Émile de Saint Denis a passé des jours sombres dans cet enfer » (p. 29) ou que « Robert de Montparnasse attend d’être fusillé adieu ma femme chérie aux amis courage 21-10-42 » (p. 61). Il existe chez certains pensionnaires un besoin vital d’écriture comme pour mieux se sentir exister- et tant pis si le prisonnier ne donne qu’une adresse comme c’est le cas de « Sir John Granwett 24b Downing Street London » (p. 79). De ces individus, Henri Calet ne dit rien d’autres car il n’a pas effectué d’autres recherches. Sa démarche méthodologique n’est ni celle d’un historien, ni celle d’un archéologue mais bien celle d’un journaliste. En effet, il n’a pas relevé la totalité des graffitis carcéraux ; il n’a pas non plus élaboré de corpus en réfléchissant en amont à d’éventuels sondages. Parfois, il délivre des bribes d’informations ignorant jusqu’aux noms même des pensionnaires de la cellule 86. Le cachot, qui prend forme par un effet d’accumulation, contient « des noms, des adresses. L’annuaire de la Résistance. Des dates, des initiales à la pointe d’un clou dans la chaux, au crayon, à l’épingle… » (p. 16). Le lecteur n’en saura pas plus. Il devra se contenter d’informations partielles(…)»

Lire la suite du compte rendu de Cédric Audibert dans la revue Criminocorpus.
Référence de l’ouvrage : Henri Calet, Les murs de Fresnes, Genève, Héros-Limite, 2021, 126 p.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search