Affaire d’évasion du bagne (1927) [affaire Chevaillier]

Photo judiciaire de Jacques Chevailler, fonds Le Petit Parisien ENAP/CRHCP-Criminocorpus

Photo judiciaire de Jacques Chevaillier, fonds Le Petit Parisien ENAP/CRHCP-Criminocorpus

Jacques Chevaillier est arrêté fin mars 1933 à Belleville après un long voyage depuis le bagne de Guyane dont il s’est évadé le 1er mai 1927. Inculpé d’espionnage et d’intelligence avec l’ennemi, il avait été condamné à dix ans de travaux forcés et dix ans d’interdiction de séjour le 4 janvier 1919 par le conseil de guerre de Grenoble.  Après une tentative d’évasion avec une douzaine d’autres forçats en 1922, il parvient à s’évader seul à la nage en 1927. Cette affaire d’évasion du bagne pourra intéresser le lecteur comme exemple d’odyssée internationale d’un forçat évadé du camp Saint-Maurice, bagne réservé aux condamnés réputés dangereux, qui rejoint la Guyane hollandaise pour se rendre en Europe. Elle est à retrouver dans la bibliothèque de Criminocorpus :

Affaire d’évasion du bagne (1927), collection Le Petit Parisien ENAP/CRHCP-Criminocorpus

Henri Danjou, « Coup double », Détective, tome 232, 6 avril 1933, p. 6, collection Détective/Criminocorpus

 

 



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2022, 29 septembre). Affaire d’évasion du bagne (1927) [affaire Chevaillier]. Criminocorpus. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndt2

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search