Le problème du retour de l’homme de guerre dans la société d’après un procès instruit à Dijon durant la guerre civile

Premier folio de l’enquête et du procès contre Jehan le Chat, alias Pierre, et ses complices, suspectés d’espionnage. Archives départementales de la Côte d’Or (cl. Rudi Beauland)

« La richesse des fonds d’archives judiciaires de la mairie de Dijon a déjà été soulignée à plusieurs reprises. Parmi les quelque trois mille cas conservés pour le XVe siècle et la première décennie du XVIe, on relève nombre d’affaires originales dont plusieurs survenues durant des temps de guerre. L’affaire analysée dans les lignes qui suivent en fait partie, survenue au début de l’an 1428, en pleine guerre entre Armagnacs et Bourguignons, et conservée sur un cahier de papier de quatorze feuillets classés dans les nombreuses liasses de la série B II 360 des archives départementales de la Côte-d’Or. Rédigé par le procureur de la mairie, ce document contient le procès intenté à quatre personnes arrêtées à Dijon pour suspicion dans un premier temps d’espionnage, bien que le doute soit rapidement levé à ce sujet ; le principal suspect n’en demeure pas moins poursuivi et jugé pour des accusations multiples de vols et meurtre.

La guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons, qui débute après l’assassinat du duc d’Orléans sur ordre du duc de Bourgogne Jean sans Peur en 1407 et s’achève par le traité d’Arras entre Charles VII et Philippe le Bon en 1435, est une période où les comportements des gens peuvent rapidement devenir suspects car l’ennemi, souvent de même langue et de même culture, est considéré comme omniprésent. Les nombreuses rumeurs, véhiculées par des marchands ou d’autres personnes itinérantes, traduisent en outre la difficulté pour les populations de disposer d’informations fiables et entretiennent ce climat de tension. Les tribunaux laïcs, qu’ils soient urbains ou princiers, poursuivent rigoureusement toute personne suspectée d’espionnage ou d’empoisonnement de puits, comme en témoignent les archives judiciaires et comptables de la ville de Dijon et du duché de Bourgogne, tandis que dans chaque camp la seule invective publique d’appartenir au camp opposé suffit à déclencher une enquête : en Bourgogne le terme d’armagnac est rapidement criminalisé et apparente celui qui en fait l’objet à un ennemi du duc, tandis que le même procédé est employé dans le royaume de France à l’égard des Bourguignons. Dans les villes, les élites dirigeantes font notamment surveiller les entrées et sorties de l’enceinte urbaine, et imposent en outre aux hôteliers de tenir des registres répertoriant les étrangers qu’ils hébergent, afin de se prémunir contre d’éventuels ennemis.»

Lire la suite de l’article  de Rudi Beaulant dans le dossier consacré aux sources de la recherche de la revue Criminocorpus

Cet article est la présentation de l’édition Enquête et procès contre Jehan le Chat, alias Pierre, et ses complices, suspectés d’espionnage, finalement jugés pour soupçons de meurtre et de vols en 1428 disponible dans la bibliothèque du musée Criminocorpus : Enquête et procès contre Jehan le Chat, alias Pierre, et ses complices, suspectés d’espionnage, finalement jugés pour soupçons de meurtre et de vols, Dijon, 25 mars 1428.



Citer ce billet
Nadine Dardenne (2022, 18 octobre). Le problème du retour de l’homme de guerre dans la société d’après un procès instruit à Dijon durant la guerre civile. Criminocorpus. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndt4

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search