Lettres du bagnard Arthur Roques, Guyane 1902-1918 : écrire pour survivre (compte rendu d’ouvrage)

« Les Archives nationales d’outre-mer (ANOM) conservent les fonds des bagnes coloniaux de Guyane et de Nouvelle-Calédonie rassemblés au sein de la série Colonie H. Dans les 5 693 articles qu’il compte, cet ensemble exceptionnel contient les dossiers individuels de près de 100 000 forçats qui furent condamnés aux peines de la transportation, la relégation et la déportation expiées en Guyane ou en Nouvelle-Calédonie. Ces dossiers permettent d’accéder aux trajectoires de ces hommes et de ces femmes avant leur départ pour le bagne (motifs de condamnation, origines sociales et familiales, comportement en détention, etc.) et après leur arrivée dans la colonie (pénitenciers fréquentés, punitions prononcées, évasions, octroi d’une concession agricole, etc.). Renseignés par l’administration pénitentiaire, ils peuvent être très lacunaires du fait de forçats morts peu de temps après leur arrivée au bagne ou qui sont parvenus à s’en évader rapidement. Ou s’avérer au contraire très fournis et délivrer une somme d’informations exceptionnelles pour l’historien ou pour le généalogiste à la recherche d’un lointain aïeul. Surtout, certains contiennent des lettres que l’administration pénitentiaire a interceptées et versées à leur dossier. Cette censure permet paradoxalement aux lecteurs contemporains d’accéder à une histoire sensible incarnée par ces dossiers dans lesquels s’imposent de bout en bout les points de vue des multiples agents chargés de juger et d’évaluer les forçats. Mais ces témoignages demeurent rares et difficiles d’accès dans cette grande masse documentaire. Aussi la publication des lettres du forçat Arthur Roques par les ANOM constitue-t-elle à la fois une expérience de lecture remarquable pour tout lecteur non spécialiste mais aussi une source importante pour les chercheurs travaillant sur le bagne et, au-delà, sur les institutions totales.

Parmi les fonds disponibles, les ANOM conservent des fonds privés d’archives sur le bagne colonial, c’est-à-dire des documents confiés par des particuliers, parfois hérités d’un ascendant agent du bagne ou forçat. Outre que cette transmission permet une conservation pérenne de ces archives et accroit le volume des documents accessibles aux chercheurs, certaines ont fait l’objet d’une valorisation numérique sur le site des ANOM comme le cahier du médecin colonial Léon Collin légué aux ANOM par son petit-fils, Philippe Collin. Ainsi les 178 lettres rédigées par Arthur Roques à sa famille de 1902 à 1918 ont été remises en 2014 aux ANOM par Simone et Jacques Pons. Ces sources sont associées à une trentaine de lettres contenues dans le dossier individuel d’Arthur Roques (…)»

Lire la suite du compte rendu de Jean-Lucien Sanchez dans la revue Criminocorpus.

Référence de l’ouvrage : Arthur Roques, Lettres du bagnard Arthur Roques, Guyane 1902-1918 : écrire pour survivre, Milano, Silvana Editoriale, collection Histoires d’outre-mer, 2021, 349 p.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Nadine Dardenne (26 octobre 2022). Lettres du bagnard Arthur Roques, Guyane 1902-1918 : écrire pour survivre (compte rendu d’ouvrage). Criminocorpus. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndt6


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search