Colonie correctionnelle d’Eysses [cartes postales]

Georges Astruc, Colonie correctionnelle d'Eysses, Villeneuve-sur-Lot, vue cavalière, collection Franck Sénateur/Criminocorpus

Georges Astruc, Colonie correctionnelle d’Eysses, Villeneuve-sur-Lot, vue cavalière, collection Franck Sénateur/Criminocorpus

La collection Éducation surveillée de la collection Franck Sénateur décèle quelque 220 cartes postales d’établissements pénitentiaires pour mineurs dont une série de cartes postales de la colonie correctionnelle d’Eysses (Lot-et-Garonne).  Mise en ligne récemment, il s’agit du seul corpus d’images représentant cette prison historique consultable dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Inscrite dans une riche histoire pénitentiaire, la prison centrale d’Eysses créée en 1803 à Villeneuve-sur-Lot en Lot-et-Garonne a servi de colonie correctionnelle entre 1895 et 1943. Rebaptisée maison d’éducation surveillée suite au décret du 31 décembre 1927, la vocation d’Eysses demeure malgré tout répressive, puisque l’établissement accueillait les mineurs entre 16 et 21 ans indésirés des autres colonies pénitentiaires gérées par l’État. L’un d’entre eux, Roger Abel1, « pupille » détenu en vertu de l’article 66 du Code pénal (mineur acquitté non discernant), renvoyé tour à tour pour indiscipline de la colonie agricole privée de Mettray puis de la colonie maritime publique de Belle-Île, décède à l’hôpital d’Agen le 6 février 1937 des suites d’une tuberculose mal traitée en détention. La révolte des colons de Belle-Île-en-Mer en août 1934, la mort de Roger Abel et la fermeture de la colonie agricole privée de Mettray en novembre 1937 annoncent à la veille de la Seconde Guerre mondiale les prémisses de la réforme de la justice des mineurs d’après-guerre.

À voir aussi sur Criminocorpus :



Citer ce billet
Chloé des Courtis (2022, 1 novembre). Colonie correctionnelle d’Eysses [cartes postales]. Criminocorpus. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndt9

  1. Au sujet de l’affaire Abel, nous renvoyons à l’article de Jean-Michel Armand qui a dépouillé les archives départementales de Lot-et-Garonne et les archives de la maison centrale d’Eysses : Jean-Michel Armand, « Eysses la maudite », Le lien n°6, avril 2016, ENAP []

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search