Le crime de la colonie d’Eysses (1908)

L'Œil de la police, tome 8, 1909, p. 2, collection L'Œil de la police, Bibliothèque des littératures policières (BiLiPo)/Criminocorpus

L’Œil de la police, tome 8, 1909, p. 2, collection L’Œil de la police, Bibliothèque des littératures policières (BiLiPo)/Criminocorpus

En novembre 1908, Jean Garcin et Angelo Laghi, employés à l’atelier de la forge de la colonie correctionnelle laïque d’Eysses, assassinent leur co-détenu Ténière à l’aide d’un tisonnier chauffé à blanc. Ténière meurt deux jours après l’agression. Avant sa mort, il avait déclaré au juge d’instruction que Garcin et Laghi avaient agi à l’instigation ou sur l’ordre du chef de la bande des « Marseillais », le colon Gimont, sous le prétexte qu’il était un mouchard. D’après Ténière, il s’agit d’un acte de vengeance de la part de Gimont qu’il avait éconduit à plusieurs reprises. Les deux accusés, originaires de Marseille, sont condamnés aux assises du Lot-et-Garonne le 11 février 1909. Garcin, âgé de dix-sept ans, est condamné à six ans de travaux forcés et Laghi, âgé de dix-huit ans, est acquitté du chef d’assassinat, mais il est condamné à un an de prison pour coups et blessures. Leur défenseur, Me Harcourt du barreau d’Agen, a réussi à obtenir l’indulgence des jurés en déplorant la surveillance trop insuffisante dans les colonies pénitentiaires ainsi que leur inaccessibilité à la presse. Pourtant, les colons d’Eysses sont caractérisés dans les colonnes de L’Œil de la police comme des « malfaiteurs précoces dont les déplorables instincts, déjà manifestes, ne demandent malheureusement qu’à s’épanouir ». L’homicide de Ténière ne constitue pas un acte de violence isolé au sein d’une colonie pénitentiaire puisque l’événement survient sept mois après la pendaison d’un surveillant de marine à la drisse d’un mât par des colons de Belle-Île le 9 avril 1908 ; le « crime de la colonie d’Eysses » contribuera ainsi à renforcer l’image des apaches comme sujets dangereux, comme en dénote l’article paru dans Le Journal du 11 février 1909 où l’on qualifie les colons d’Eysses de « jeunes apaches [formant] des bandes, des clans, qui se sont voués une haine mortelle, et essayent, malgré une étroite et sévère surveillance, d’assouvir leurs rancunes farouches ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search